Partagez | 
 
CIALDINI - Effluves de luxure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarMaître Nez creux • Social impur
Pseudo : Adgloriam
Crédits : Ortach
Avatar : Aidan Gillen
Messages : 64

Âge : Quarante-deux
Statut : Maître Parfumeur, spéculateur & coureur de jupons
Classe sociale : Bourgeois
Divinité principale : Preva - Gandolo
Particularités : Nez des dieux.
Points : 123

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
74/100  (74/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 17:08


Vittore Cialdini
PERSONNAGE INVENTÉ - Aidan Gillen




Espérance de vie

En m'inscrivant, j'accepte de faire subir les pires tourments à mon personnage. Il a d'ailleurs beaucoup de chance de m'avoir comme créateur. En créant ce personnage, et en prenant en compte son existence débauchée, son métier sûr, son âge avancé et enfin ma propension à lui rendre la vie intéressante, j'annonce en toute objectivité qu'il a une espérance de vie qui s'élève à 69%.
D'ailleurs, un jour, si son espérance de vie vient à avoisiner les 0%, je serai partant pour le tuer.

Adgloriam - Adri

Je suis amoureux d'un vieil évêque boiteux mort il y a deux siècles, et cela en dit assez sur ma personne.


Nantis de Gandolo

Prénom : Vittore.
Patronyme : Cialdini, nom de famille de sa mère, fille d'aristocrates Talishamiens sans importance, qu'il préfère à Ionescu, nom de famille de feu son père, petit bourgeois ruiné.
Surnom : Fils de Preva autoproclamé ; c'est parfois suffisant pour soulever un jupon.  
Âge : Quarante-deux ans.
Profession : Maître Parfumeur - Spéculateur - Joueur de cartes.
Statut : Pilleur de literies.
Allégeance : Versatile.
Date et lieu de naissance : Un jour de pénitence du printemps de l'année 497, à Camorr, déjà entre les cuisses d'une femme.
Origine : Camorrienne & Talishamienne.
Divinité principale : Gandolo devant les Clients, Preva dans l'arrière-boutique - avec les clientes.
Caractère : Ambitieux - Cultivé - Délicat - Esthète - Fier - Joueur - Masqué - Narcissique - Passionné - Pragmatique - Précis - Rancunier - Sophistiqué - Suffisant - Toxique - Vaniteux - Vif
Traits physiques : Une âme sinueuse dans un corps parfaitement droit. Pas très grand, il faut le reconnaître, mais cela fait moins de distance à parcourir lorsqu'il faut cueillir des lèvres. A ses maîtresses, il a volé la douceur du regard. Le jade et l'acier s'unissent dans ses yeux rieurs, presque bienveillants.  Au-dessus de ses oreilles, des fils argentés s'entremêlent et forment une couronne de lauriers. L'insolence de ses sourires se dissimule derrière un masque de bonnes attentions ; une manière sentencieuse, une politesse froide, un air d'examen. Mais cette première impression s'efface rapidement devant sa volonté de plaire, sa grâce, et son goût pour la conversation avec ceux qui savent l'entendre.

Rumeurs & murmures


« Il parait que vous vous êtes vanté d'avoir obtenu mes faveurs.
- Vos ... Faveurs ? Oh non madame, sûrement pas vanté. Accusé, peut-être ! »




« Ne serait-ce pas Vittore Cialdini, que je vois là-bas ?  L'homme parfumant la moitié bien née de Camorr ?
- Les dieux nous l'ont envoyé. Ils ne peuvent plus supporter l'odeur de Cataldo. »




« J'me demande comment cette anguille se démerde pour pas finir au fond de l'Angevin vu le nombre de mecs qui le détestent. Jeux de cartes, paris, spéculation, il s'arrange toujours pour leur alléger les bourses ... en utilisant leurs femmes pour vider les siennes.
- C'est qu'il est bien accompagné, le bougre. Toujours avec un ou deux gros-bras. Les moins cons repartent la queue entre les jambes avant d'avoir essayé quoi que ce soit. »




« Quel homme charmant ! Et quel talent ! A peine traversais-je l'entrée de sa boutique qu'il me récitait les ingrédients du parfum que je portais. Quant à ce qu'il m'a vendu ... Marquise de nuit, une merveille te dis-je ! Mon mari en est fou. De ma vie, je crois n'avoir jamais autant  prétendu avoir la migraine.  »




« Mes gars sont catégoriques, impossible de bluffer avec lui. Il sait renifler le mensonge.
- Parait qu'son pif a été ensorcelé par des mages-esclaves.  
- Ou sa mère a couché avec un clebs. »




« Elle est bonne sa femme ?
- L'en a pas.
- J'en étais sûr. Y'a qu'un sodomite pour s'amuser à vendre de la pisse de fleurs.
- T'as pas de femme non plus.
- Ta gueule. »




« Ca fait quoi ... six, peut-être sept ans qu'il vit à Camorr ? Pourtant je ne perçois aucun accent.  
- C'est qu'il est né dans le Videnza. Mais d'après la mère du cousin d'un ami, il a fui Camorr dans son enfance. »




« Gamin, j'peux t'dire qu'j'en ai vu des Capas se zigouiller les uns les autres. Mais ceux qui contrôlent le port, le Cialdini il sait toujours comment bien s'entendre avec eux. »


Social impur.
« Les femmes des uns, font le bonheur des autres. »

© falselight - crédit


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMaître Nez creux • Social impur
Pseudo : Adgloriam
Crédits : Ortach
Avatar : Aidan Gillen
Messages : 64

Âge : Quarante-deux
Statut : Maître Parfumeur, spéculateur & coureur de jupons
Classe sociale : Bourgeois
Divinité principale : Preva - Gandolo
Particularités : Nez des dieux.
Points : 123

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
74/100  (74/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 17:08


Mémoires
Deviens ce que tu es




Compétences


Tous et toutes vous vanteront l'usage qu'il a de sa langue. Elle caresse, elle irrite, vous fait sourire, ou pleurer. Dès l'enfance, il fut initié à l'art de la conversation, comme tout bon nobliau - chose qu'il n'est pas. Après le suicide de son père bourgeois, sa mère l'a emmené vivre chez ses grands-parents, nobles talishamiens. Par beaucoup d'aspects, son éducation fut semblable à celle des personnes au-dessus de son rang. Ainsi, les échanges mondains n'ont plus de secrets pour lui, ses mots envoûtent autant que ses parfums. Sa mère lui apprit à lire et écrire le Thérin, sa tante l'Ancien Thérin. Autour de l'âge de dix ans, son oncle décida d'intervenir afin d'épaissir la carrure du gringalet. Ce fut un fiasco. Rapière, arbalète, hachette, poignards, autant d'armes que d'échecs. " Visiblement, la mission que les dieux t'ont donné n'est pas celle d'enfoncer ta lame dans la chair " lui avait dit son oncle. A sa manière, il leur rendit hommage en enfonçant plusieurs ventres, jamais avec de l'acier.

Il ne chante pas, mais reste agréable à observer lorsqu'il danse - malgré une certaine raideur qu'il dissimule mal. En tant que maître parfumeur, il a quelques rares notions d'alchimie qu'il utilise lorsqu'il cherche à créer un parfum particulièrement sophistiqué. C'est dans ce même but qu'il a accumulé un vocabulaire considérable concernant toute chose dégageant une odeur. De ce fait, les cuisiniers sont ravis d'avoir quelqu'un avec qui discuter de leurs plats - bien qu'il ne sache pas préparer plus de trois ou quatre viandes, ses "spécialités" qu'il sert aux jeunes femmes impressionnables. Évidemment capable de discerner des vins par l'odeur, son nez et sa faible constitution l'affaiblissent lorsqu'il s'agit de résister aux effets de l'alcool. D'ailleurs, mieux vaut éviter sa couche lorsqu'il est ivre : déception garantie.

Refusant d'imiter certains parfumeurs capables d'enfanter - médiocrement -  un jour de pénitence sur trois, il gagne le plus gros de ses revenus en spéculant, ou en jouant. Ayant passé la moitié de sa vie dans les maisons de jeu de Tal Verrar, mieux vaut ne pas le sous-estimer lorsqu'il s'assoit à votre table. Mais si vous êtes férus de jeux de hasard, sachez que vous ne le croiserez jamais : il déteste ça.



Fuite : Année 505

Drapé d'un linceul de brume, le souvenir des cinq tours de Camorr sombrait doucement derrière l'horizon. A demi-penché sur le bastingage et terrifié par l'idée qu'un autre spectre ne remplaça celui de la cité, un enfant contemplait la mer de Fer. Derrière lui, la vigie lâcha un juron lorsqu'une bouteille de rhum lui glissa des doigts pour venir s'écraser contre le pont, arrosant de son contenu les chevilles du jeune garçon. L'esprit embrouillé par les émanations du bois imbibé d'alcool, il fut pendant une seconde - qui parut durer toute une vie - de retour dans la chambre de ses parents. Des images comme on croit les discerner dans nos songes s'animèrent au fond de ses pupilles gravées par l'horreur.  Il vit un tabouret renversé, ainsi qu'une flaque d'eau-de-vie constellée d'éclats de verres, à l'ombre d'une paire de pieds nus rattachés à un corps mordu par le chanvre, suspendu au plafond, figé dans un dernier élan, mort. Voici le tableau d'un père de famille assez lâche pour laisser en héritage une dette destinant sa femme au bordel et son fils à la rue. L'acte final d'une tragédie commencée bien des mois plus tôt. Du jour au lendemain, Resace Ionesco avait été éjecté du Conclave des Medekiners. D'étranges rumeurs propagées sur son compte eurent raison de son siège. Éviction, injustice, humiliation suprême ; impossible à digérer. D'inutiles pots-de-vin sensés lui faire regagner sa place précipitèrent l'indigence. N'ayant guère d'autre choix, et malgré tout le mépris qu'elles lui inspiraient, il enfila la chemise des sangsues canines. Medekiner réputé, il trouva rapidement une place dans la cour d'un Capa dont l'Histoire ne se souvient pas du nom.  Cela dura quelques semaines ; mais rares sont ceux qui survivent à ce milieu sans y avoir grandi. L'âme de Resace ne tarda pas à plonger dans l'abîme du vice, lascivement tirée par les tentacules du jeu et de l'alcool. L'unique solution s'offrant à lui pour sortir la tête de l'eau fut de s'enrouler une corde autour du cou.

Il n'avait pas fini de refroidir que sa femme Beatrice Ionesco Cialdini et son fils embarquaient sur un petit navire commercial pour fuir leurs créanciers, en direction de Talisham, où résidait la petite maisonnée Cialdini, vieille famille aristocrate, ni riche ni puissante, mais qui n'avait pas à rougir de l'éducation qu'elle offrait à ses protégés. Vivement sollicitées par on ne sait quel banquier, les Vestes Jaunes découvrirent Resace deux jours plus tard. Par paresse d'esprit, dans cette enquête qui n'en fut pas une, on vint à la simple conclusion que mère et fils payaient pour le père depuis l'estomac d'une créature sous-marine.


Parfums : Année 511

Le jeune Vittore déambulait gracieusement au bras de sa tante dans les rues de Salon-Corbeau. Il avait lourdement insisté auprès de sa mère pour fuir quelques jours Talisham devenue trop ennuyante. Ravie d'avoir une excuse pour dépenser quelques solons, sa tante s'était proposée pour lui faire visiter la semi-cité autonome. Elle y prenait beaucoup de plaisir, le neveu possédant plus de conversation que bien des habituées de son boudoir. Tout à fait charmant, comme trompe-l'ennui. Mais cette fois, madame se débrouillait parfaitement toute seule. Tendant à peine l'oreille, et refusant l'esprit, il la laissait bavarder pour deux. Vittore tâchait simplement de survivre à l'haleine pestilentielle de la ruelle qu'ils traversaient. La chaleur pesait comme du plomb sur cette venelle mal aérée. Y'avait-il derrière une barrique un chat crevé dans la pisse les entrailles à l'air pour que cela puât autant ?  Assailli, il accéléra le pas pour s'engouffrer dans l'une des plus importantes artères de la ville. Sorti de cet enfer méphitique, il inspira profondément. Ses narines s'étirèrent comme les voiles d'un bateau perdu en mer, avide du moindre zéphyr. Mille parfums flottaient autour de lui. Les paupières refermées, son flair devenait franchement terrifiant. Sans même l'apercevoir, il sut qu'un saltimbanque jonglait avec quatre, peut-être cinq oranges, juste au coin de la rue, en face de chez le cordonnier qui observait depuis sa fenêtre, le tablier barbouillé de cire d'abeilles. Plus loin, un fleuriste rentrait dans sa boutique, une caisse pleine de narcisses dans les bras et un chiot dans les pattes. Silencieuse comme une ombre, une jouvencelle frôla Vittore en lui passant devant. Il se figea, délicieusement séduit. Ses boucles d'or dégageaient un bouquet si subtil, si judicieusement composé qu'il pressa sa tante du bras pour s'engager dans la même direction. Sa silhouette pouvait s'évanouir dans la foule qu'il ne perdrait pas sa trace ; comme un ruban, son parfum s'étirait derrière elle. Il n'avait qu'à lever le nez pour se diriger. Mais l'instant d'après, il fut submergé par diverses effluves conglomérées en une sorte de nuage, agréable mais confus. Il ouvrit les yeux. La source de son plaisir venait de se faufiler derrière la porte d'une échoppe.

« Merveilleuse idée, neveu. Rapportons un petit souvenir à ta mère. Allez, entre ! »

Il s'exécuta. Le tintement d'un carillon résonna lorsqu'il poussa la porte. Le nuage se mua en tempête qui frappa Vittore de plein fouet. Essence absolue de jonquille, extrait d'huile de lavande, baume à la cannelle, crème de Lis, savons citronnés ; à quatorze-ans, il mettait pour la troisième fois de sa vie les pieds dans une parfumerie. D'abord réfractaire à l'apprentissage de la lecture, il s'était montré bien plus conciliant avec sa mère en comprenant qu'il était possible d'apprendre le nom du contenu des bocaux du parfumeur Faranente, canaille camorienne plus douée pour voler à l'étranger que pour créer ses propres parfums.
« Monsieur, madame, bonjour ! Que puis-je faire pour vous ? » lança un vieil homme derrière son comptoir, raide comme une statue, mais rayonnant comme un soleil. A coté de lui souriait gaiement la jeune fille rencontrée dans la rue. Vittore s'approcha. « Nous cherchons de quoi faire plaisir à ma sœur» répondit la tante.

De la main, la fille leur indiquait une banquette en merisier sur laquelle s'assoir pour obtenir un aperçu des quelques parfums en vogue. Des yeux, mais surtout du nez, Vittore fixait la demoiselle. Frustré, il prit la parole.

« Ce que vous avez fait ... c'est superbe. Fleur d'oranger, huiles d'oeillet et de limettes, bergamote, romarin, storax ... mais il me manque quelque chose. » Le père comme la fille haussèrent les sourcils, tandis que les yeux de la tante roulèrent vers le ciel. Puis les paupières se plissèrent, intriguées.
« Extraits de jasmin.
- Du jasmin en note de fond, évidemment. Quel idiot.
- Mon garçon, que dirais-tu de devenir apprenti parfumeur ?
- Pardon ? »


Un peu de thé ? Année 538

Accoudé au parapet de sa terrasse fleurie, sur un toit typique de l'architecture bourgeoise de la Fauria, il contemplait l'agitation provoquée par un commerçant du marché flottant persuadé d'avoir vu  un aileron rôder autour de sa barge. Vittore avait l'habitude d'assister aux spectacles de la Foire Changeante depuis ce même perchoir, mais contrairement à certains de ses amis parieurs, il ne raffolait pas des contrarequiallas déchiquetées. Il les préférait bien entières, concentrées, dansant au cœur d'effluves faites de sueur, de sel et de sang.
Un peu plus au nord, les immenses tours en verre d'antan enflammaient le ciel ; rampant à leurs pieds, arrogantes, les vieilles bâtisses d'Alcegrante surplombaient le reste de la cité. En tournant un peu la tête, au loin, on apercevait des couleuvres de fumée recrachées par les forges de Fumehouille. D'un pas trahissant sa nonchalance, il se retourna  et arrêta son regard sur la femme qui venait lui rendre visite. Sous une vigne supportée par les lattes d'un treillage en bois, elle dégustait du vin verrarien, trempant à peine ses lèvres vermillon. Tous deux se considérèrent l'espace d'un instant. Belle, plus jeune que lui, la taille fine. Sa gorge était un plateau joliment lustré, rehaussé par un corsage voulant nous faire imaginer des mets qu'on aurait aimé déguster. Vittore vint s’asseoir en face d'elle, tout sourire.

« Si tu es là, je suppose que ton mari n'est pas rentré ? Son petit voyage prend plus de temps qu'il ne l'avait prévu ?
- Tu te trompes. Il est en train d'aiguiser sa lame devant ta porte.
- De grâce, qu'il me laisse quelques minutes, que je puisse finir mon affaire.
- Tu ne finiras rien du tout ce soir, vieil effronté.
- Prononcés par cette bouche, ces mots me crèvent le cœur. Cesse tes inepties, petite insolente, et dis moi donc pourquoi préfère-t-il traîner sur les routes plutôt que de réchauffer les draps de son épouse.
- J'ai reçu une missive plus tôt dans la journée. Il reste à Ashmere une ou deux semaines de plus, pour régler quelques problèmes.
- Peut-être préfère-t-il la solitude à ton affreux caractère.
- Idiot. D'après la lettre, deux ou trois de ses bateaux ont coulé dans une tempête au sud d'Issara.
- Oh. Quel genre de marchandise ?
- Du thé Lashanien. Les cales en étaient remplies à ras bord. La prochaine livraison se fera dans cinq peut-être six mois. Les camorriens devront s'en passer quelques semaines.
- Tu m'en vois attristé. A combien s'élèvent les pertes ?
- Pas grand chose. Pour une fois, tout était assuré. D'habitude, il se contente d'offrir un chat à chaque membre de l'équipage.
- La chance du cocu. »

Elle secoua la tête pour désapprouver, déguisant mal son amusement. Il prit un air faussement désolé, lui versa un peu plus de vin pour se faire pardonner, puis se releva.

« Je reviens tout de suite. Profite des derniers rayons de soleil. A mon retour, je veux que tu me dises où tu souhaites dîner. »

Il lui effleura l'épaule du bout des doigts et s'éclipsa derrière une colonne de pierre recouverte de lierre. Il descendit un escalier, passa sous une arche et s'arrêta à l'entrée de son patio. A ses pieds, une mosaïque évoquant les initiales de l'ancien propriétaire de la maison décorait le sol. Ces initiales étaient les mêmes que celles du père de Vittore, qui leur marcha dessus.
Au beau milieu de la cour intérieur, proche du bassin et à demi-dissimulé derrière un rosier, il trouva Georgio, le fils de sa domestique, émerveillé par une colonne de fourmis qui disparaissait sous une dalle de marbre au bord de l'eau.

« Gio, mon enfant, j'ai besoin que tu transmettes un message à Ragho. Dis lui d'acheter en mon nom quelques feuilles de théier Lashaniens. Il saura où je veux en venir. »

Les bourgeoises sont des fleurs qu'il faut savoir cultiver pour en tirer l'essence. On les éclaire, on les arrose, puis l'on écoute. Elles ont des maris, des frères, des pères. Quelques fois, elles en disent suffisamment pour faire une bonne affaire. C'est le meilleur moyen de s'enrichir. Ragho mettrait main basse sur le thé Lashanien déjà présent en ville pour le laisser dormir au fond d'un entrepôt. Le thé en circulation, après un ou deux mois ne tarderait guère à se raréfier jusqu'à complètement disparaître. L'être humain est idiot. Il suffit qu'on lui ôte un bien sans importance pour qu'il ne veuille plus rien d'autre que son retour. A la revente, une jolie marge les attendait.



© falselight - crédit


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 519

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 17:31

Mah que c'est une petite fourbasse à barbiche que tu nous ponds, dis donc, Adri :M:
(j'ai explosé de rire à ce dialogue : « Elle est bonne sa femme ?
- L'en a pas.
- J'en étais sûr. Y'a qu'un sodomite pour s'amuser à vendre de la pisse de fleurs.
- T'as pas de femme non plus.
- Ta gueule. »
)
Il promet, ton gars, il promet grave !

Bienvenue chez nous, t'as bien fait de nous suivre malgré la fourberie du hide XD Merci encore, d'ailleurs, de ton soutien et ravie de te revoir ici :arté:

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 18:48

Tu veux être mon maître ? Allleeez. Même que je sais qui est Talleyrand.

Quoi, non ?

_________________
Juste un putain de Sale Gosse.
©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar14e Déesse de Camorr • Neutre impure
Pseudo : Balladur / Doudou / Dante
Crédits : Stay dirty
Avatar : Monica Bellucci
Messages : 466

Âge : Cinquante-trois ans.
Statut : Gériatrie de la prostitution.
Divinité principale : Le Treizième dans Preva... euh, le Treizième ET Preva.
Particularités : Coureuse de jérémites, vieille comme Therim Pel et rousse.
Dédoublement de personnalité : Assad Messara, Bethe la Foudre
Points : 521

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 19:02

ON T'A RECONNU, JARL HEILL !

Personnellement, je suis sous le charme du métier. Et on manque de bourgeois. :3: (et j'ai comme le souvenir d'un sonnet à l'intention de Mona, alors mon affection éternelle, tout ça, tout ça.)
C'est joliment écrit, on en veut plus. Plus vite.

_________________

la chasse aux jérémites est ouverte
Arrête de te mentir, t'as le coeur entre les cuisses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMaître Nez creux • Social impur
Pseudo : Adgloriam
Crédits : Ortach
Avatar : Aidan Gillen
Messages : 64

Âge : Quarante-deux
Statut : Maître Parfumeur, spéculateur & coureur de jupons
Classe sociale : Bourgeois
Divinité principale : Preva - Gandolo
Particularités : Nez des dieux.
Points : 123

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
74/100  (74/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Lun 28 Mar - 19:15

Jarl Heill est un gueux. Mais il a une bonne tête, c'est vrai.
La suite arrive. Surement. Un jour.

Natale : Moitié prix pour toi sur toutes mes marchandises. Mais ne me propose pas tes services sans réellement y penser, j'ai besoin de petits trucs mignons pour m'accompagner et attendrir les milfs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Mar 29 Mar - 1:26

TONTINET
Ton gueux de bourgeois me semble déjà bien prometteur, alors j'ai hâte d'en savoir plus :mg: Bonne rédaction et merci du soutien au projet au forum désormais :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMaître Nez creux • Social impur
Pseudo : Adgloriam
Crédits : Ortach
Avatar : Aidan Gillen
Messages : 64

Âge : Quarante-deux
Statut : Maître Parfumeur, spéculateur & coureur de jupons
Classe sociale : Bourgeois
Divinité principale : Preva - Gandolo
Particularités : Nez des dieux.
Points : 123

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
74/100  (74/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Mar 29 Mar - 1:37

Rosa > Jarl.

(Sam est vexée par cette comparaison calomnieuse avec Jarl, d'ailleurs.)

L'histoire avance. Je finis demain la troisième et dernière partie, si je me bouge les fesses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCasse-gueule • Loyale impure
Pseudo : Sedna, Marion, Jean-Jacques, Femme
Crédits : Anomie & anaëlle. & Damien Saez & La Rue Kétanou
Avatar : Jessica Parker-Kennedy
Messages : 810

Âge : Trente-quatre ans
Statut : Marie-couche-toi-là; seconde de la garrista des Muguettes
Classe sociale : Gens Bien
Divinité principale : L'Innommé
Particularités : Ancienne voleuse, mère d'une enfant de 10 ans.
Dédoublement de personnalité : Sohane, Chiara Hajek, Salma Martiguos,.
Points : 452

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
38/100  (38/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Mar 29 Mar - 1:39

Vouzici. Ben tiens.

(JAAARL. :heart:)

_________________
Et les belles, elles sont cruelles
bien sur qu'ils mentent comme ils respirent quand ils se jurent des avenirs car ils savent trop bien ce que l'amour ici fait à ceux là qui s'aiment. en séparant les corps elle leur donne pas la mort elle leur reprend la vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Jeu 31 Mar - 0:20

Aidaaaan :arté:
Un Jean-Baptiste Grenouille coureur de jupons? J'adore :faint:
Excellents choix en tout cas, et bienvenue :heart:
Revenir en haut Aller en bas
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 519

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Jeu 31 Mar - 11:05


Bienvenue à Camorr !




Et c'est donc un gros OUI que nous apposons sur ta fiche, un gros oui plein d'amour pour ton Vittore le fourbus-maximus, avec une fonction qui a la méga classe et qui lui permet d'être notre PREMIER BOURGEOIS VALIDÉÉÉÉ (yeaaaaah, ce titre de fou), un bon bourgeois bien retords qui veut s'élever dans la société, et qui utilise de tous ses atouts (même ceux cachés au fond de sa manche) pour y parvenir. Il est splendide, voilà tout, ton Vittore. Et en prime, ça se sent que tu as parfaitement intégré l'univers et les annexes alors notre plaisir de te lire ne s'est pas tari ! Va donc trainer ton tarin dans les canaux et les ruelles, et embaume-nous Camorr de toutes ces effluves qui tournent la tête !


Bien joué, tu es validé ! Maintenant que ça, c'est fait, tu as quelques endroits encore où il va falloir passer : nous voulons bien sûr parler des registres (oh, quel bonheur !). Une fois que cela sera fait, il faudra aussi que tu ailles réclamer tes points. Il te restera enfin à poster ta fiche de liens et d'évolution par ici ! Tu peux enfin désormais jouer sur Falselight et inonder les sections de tes RPs qu'on espère nombreux et palpitants ♥ Merci encore de nous avoir rejoint dans cette aventure, nous espérons que tu prendras un plaisir dingue avec nous !




gifs © hercules ; jenxlawrence

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMaître Nez creux • Social impur
Pseudo : Adgloriam
Crédits : Ortach
Avatar : Aidan Gillen
Messages : 64

Âge : Quarante-deux
Statut : Maître Parfumeur, spéculateur & coureur de jupons
Classe sociale : Bourgeois
Divinité principale : Preva - Gandolo
Particularités : Nez des dieux.
Points : 123

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
74/100  (74/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Jeu 31 Mar - 11:39

Merci pour la validation mes chatons. Même le Chaudron paraîtra charmant après le relooking olfactif que lui prépare Vittore Cordula. Keur keur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Message(#) Sujet: Re: CIALDINI - Effluves de luxure Jeu 31 Mar - 11:41

Il a la classe ce bourgeois :M:
Revenir en haut Aller en bas
 
CIALDINI - Effluves de luxure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luxure dégage ton cul d'ici
» Jayne ~ une âme aux effluves océanes ~ [Pirate]
» Un souffle de luxure [Hans]
» Luxure que je t'aime ! [PV Manzo]
» Galerie De la Luxure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Avant de jouer :: Portes de Camorr :: Camorriens recensés-
Sauter vers: