Partagez | 
 
On ne crache pas dans la soupe (LIMA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarChaton échaudé • neutre morale
Pseudo : ALDAR.
Crédits : Arté
Avatar : Maisie Williams
Messages : 22

Âge : 18 Ans
Statut : Gardienne d'armes à l'entrée de la Dernière Erreur
Classe sociale : Fille de marchands mais orpheline des bas-fonds depuis quelques années.
Divinité principale : Perelandro
Points : 61

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: On ne crache pas dans la soupe (LIMA) Sam 23 Avr - 10:26


On ne crache pas dans la soupe

surtout quand la tenancière est pas d'humeur





Date du sujet : Fin Cyclanel de la 77e année de Preva (539)
Lieu : Aux abords de la Dernière Erreur dans le quartier des Traquenards.
Moment de la journée : Tôt le matin, on commence à voir clair sans lumière artificielle. L'aube ne serait tarder.
Conditions météorologiques : Un temps sec où la fraîcheur de la nuit laisse lentement place à la chaleur du jour.
Participants : Erya Parchari & Lima Soter
+ PNJ : Deux employés de la Dernière Erreur, un serveur (Tomen) et le gardien d'armes.
Statut du sujet : Privé
Court résumé : Erya vient comme souvent récupérer les restes de nourriture de la taverne en échange d'une somme symbolique. C'est en attendant son colis que des éclats de voix l'interpellent.

Je ne souhaite pas une intervention intempestive du maître de jeu dans ce sujet et je suis conscient que ce choix ne sera peut-être pas respecté.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChaton échaudé • neutre morale
Pseudo : ALDAR.
Crédits : Arté
Avatar : Maisie Williams
Messages : 22

Âge : 18 Ans
Statut : Gardienne d'armes à l'entrée de la Dernière Erreur
Classe sociale : Fille de marchands mais orpheline des bas-fonds depuis quelques années.
Divinité principale : Perelandro
Points : 61

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: On ne crache pas dans la soupe (LIMA) Sam 23 Avr - 10:26

Ce ne fut ni la brise, ni le soleil ni même l'instinct qui poussa la gamine à ouvrir les yeux, mais plutôt une main baladeuse se faufilant sous ses vêtements crasseux. L'acte bien que désagréable pour Erya se révéla encore plus déplaisant lorsque l’intrus s'empara de sa maigre bourse, l'arracha et disparu sans rien demander de plus. Fortement agacée, elle s'en voulut de ne pas avoir réagit, littéralement paralysée par cette intrusion sur son corps. Si elle avait su l'objectif final de ce voleur, pour sûr qu'il ne lui aurait pas filé entre les doigts de la sorte. C'est que ces derniers temps, la fille Parchari s'était forgée un véritable caractère. Non pas pour chercher des ennuis à quiconque, disons qu'elle ne supportait plus les camorriens malhonnêtes en affaire même lorsqu'il s'agissait d'un malheureux bout de tissu. Elle pesta donc, se mordit l'intérieur des joues et se retrouva incapable de se rendormir. Les heures lui parurent interminables, d'autant plus qu'un vent froid et désagréable s'engouffrait dans la ruelle où elle était installée. A ses côtés quelques malheureux effectuaient un merveilleux voyage dans le monde des songes. C'est qu'Erya veillait à ne jamais passer la nuit seule. Avant elle avait son frère pour lui tenir compagnie et la protéger. Maintenant c'est en solitaire qu'elle survit.

Le soleil n'avait pas encore percé lorsque son estomac l'a rappela à l'ordre. Depuis trois jours elle tentait de récolter quelques demi barons perdus par des passants peu précautionneux. Et alors qu'elle avait enfin de quoi se payer à manger, un imbécile venait de lui dérober son butin. Le pire étant qu'avant de s’endormir elle s'était imaginée tout un programme pour la matinée qui s'annonçait. Direction les Traquenards un peu avant l'aube, dans l'optique de récupérer quelques mets auprès de Tomen. Ce gars, à défaut d'être son sauveur était son plan de secours. Erya ne se souvient plus exactement comment elle avait fait sa rencontre mais au fil des jours ils avaient développé une certaine entente. Rien de phénoménal mais suffisamment pour que Tomen lui propose de lui fournir les restes de la taverne le matin venu. Bien évidemment la Parchari avait accepté à la condition de le payer de manière symbolique. Par conséquent elle n'avait jamais mis les pieds à l'entrée de la cuisine de la Dernière Erreur sans au moins un cuivre en poche. Tout du moins jusqu'à ce jour malencontreux. Erya se leva, épousseta ses affaires et récupéra sa cotte en cuir qui lui faisait office d'oreiller. Une fois prête à déguerpir, elle disparut en direction du sud de Camorr.

« Juste une miche Tomen. » insista la Parchari auprès du serveur. L'idée de lui être redevable la dérangeait profondément. « Tu t'fous moi! T'es toujours la bienvenue Erya. J'te ramène ce qu'il faut. » s'exclama-t-il immédiatement feignant de l'outrance face à la requête restrictive de la gamine. Erya ne savait tout bonnement pas pourquoi ce dernier faisait de son mieux pour toujours être à sa disposition, la situation lui paraissait vraiment tout sauf normale. Le jeune homme partit en direction de la cuisine. Ça ne devait faire que quelques secondes que la gamine patientait les bras croisés lorsque des éclats de voix parvinrent à ses oreilles. Elle n'y aurait jamais porté attention si l'une des deux voix ne s'était pas révélée être celle d'une femme. Une personne bien énervée pour une heure si matinale d'ailleurs. La Parchari jeta donc un coup d’œil rapide à la porte qu'avait emprunté son fournisseur puis n'apercevant aucun mouvement, se décala discrètement vers l'origine de l'effusion de voix. Elle poursuivit son chemin, longeant la bâtisse jusqu'à ce qu'elle aperçoive les deux personnes se querellant. La femme semblait d'ailleurs avoir le dessus, s'exclamant à l'encontre d'un homme paraissant bien misérable face à la force de son interlocutrice. La gamine n'eût pas le temps d'en entendre plus que Tomen fît irruption à ses côtés et, semblant reconnaître les protagonistes s’élança dans leur direction pour refaire tomber la pression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 518

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: On ne crache pas dans la soupe (LIMA) Mer 4 Mai - 10:17

Un matin à la Dernière Erreur comme les autres s'annonce. Rien de très inhabituel pour la journée, une petite brise fraîche qui rentre par les fenêtres ouvertes, tandis que la tenancière revient avec les denrées achetées au Marché Changeant le matin même. On descend les victuailles dans les cuisines en sous-sol, Lima se met à vérifier le tiroir où sont rangés les pièces pour rendre la monnaie dans la journée, et puis une fois que c'est fait, elle va ouvrir le coffre des armes pour faire un bref inventaire de ce qu'il y reste depuis la veille, sachant qu'il vaut mieux avoir un souvenir clair des armes au cas où un individu moins imbibé vient réclamer sa possession oubliée dans le coffre la veille. Mais quelque chose cloche et c'est assez vite que la propriétaire de la taverne -et cuisinière du lieu- hèle le gardien des armes qui travaille pour elle depuis près de deux ans. « Iago ! » hurle-t-elle et son cri se répercute sur les murs de la taverne tandis que l'interpelé émerge de sa deuxième nuit, affalé sur un des bancs de la taverne depuis une heure environ. « J'ai fait quoi ? - Tu t'fous du monde, voilà c'que t'as fait ! » Elle est sur lui en dix secondes et le saisit par le col, d'une poigne ferme qui ne tolèrera aucune secousse. « Les armes, il en manque deux. - Hein, mais quoi ? - Les armes, Iago. Les. Armes. Qu'est-ce que t'as foutu ? »

Quelques protestations vaines plus tard, voilà la tavernière qui émerge de la Dernière Erreur en le poussant dehors, sacrément énervée, une véritable furie en corps-à-corps. Et elle poursuit ses invectives pour tenter d'arracher un aveu à son gardien des armes : « Espèce de fouille-merde ! Tu crois que j'ai rien compris à ton petit manège ? - Mais Lima, sérieux, je… », tente-t-il encore de se défendre alors qu'elle fouette le sol d'une jambe et le projette à terre, absolument pas calmée par les tentatives d'explications d'Iago. Un pied sur le thorax du type, mains sur les hanches, Lima a l'air à deux doigts de lui cracher dessus. « Sérieux ? Sérieux ?! Tu revends des armes de la malle et tu te dis que tout va bien ? Que tu es dans ton droit ? À ce que je sache, tu pourrais carrément vendre des informations à l'Araignée, peut-être même sans savoir à qui tu les vends, con comme t'es ! J'sais pas ce qui me retient de te saigner ici et maintenant ! » Une main lui a attrapé le bras et l'a tirée quelques pas en arrière, et le propriétaire de la main élève la voix pour commenter : « Le public, Lima, le public te retient de faire quoi que ce soit. » Tomen a cru bon d'intervenir, sans pour autant risquer de prendre des coups pour Iago. Parce qu'après tout, c'est vrai, Tomen a vu Iago sortir après le service, un sac un peu plus plein qu'à son arrivée et s'éloigner en barque dans les canaux. « Ah toi, commence pas à la ramener ! Tu l'savais ? » Tomen nie en secouant la tête et en haussant les épaules, ne voulant pas se mouiller dans ce merdier. Iago fait mine de se relever et de s'épousseter pour reprendre une discussion calme avec Lima, il esquisse le début de sa phrase : « Franchement, c'était que deux pau— » et un coup du plat du pied de Lima dans le plexus le projette dans le canal derrière lui. « Essaie même pas de revenir, ou j'te jure que je t'embroche ! T'as de la chance ! »

Puis, la silhouette de l'ancien gardien d'armes s'éloignant en nageant vers une île du Razona, la fureur de Lima retombe et elle se tourne vers Tomen qui esquisse un pas de recul en croisant ses prunelles noires assassines. « Tu voulais quelque chose ? Et c'est quoi, ça ? » ajoute-t-elle en désignant la gamine un peu plus loin, à plusieurs mètres derrière Tomen. « Ta gosse ? Ta sœur ? T'es qui, gamine ? »

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarChaton échaudé • neutre morale
Pseudo : ALDAR.
Crédits : Arté
Avatar : Maisie Williams
Messages : 22

Âge : 18 Ans
Statut : Gardienne d'armes à l'entrée de la Dernière Erreur
Classe sociale : Fille de marchands mais orpheline des bas-fonds depuis quelques années.
Divinité principale : Perelandro
Points : 61

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: On ne crache pas dans la soupe (LIMA) Lun 13 Juin - 22:23

Par chance le soleil débutait son ascension dans le ciel camorrien. Ce qui n'était que des silhouettes dessinées sur l'horizon se transformèrent en corps puis en personnes. A peine eut-elle le temps de décrire les traits de la femme que cette dernière projeta violemment au sol l'homme. Il protestait, niait, jouait à l'imbécile en somme, dénigrant l'importance de ce qui lui était reproché. Une technique pour se sortir d'une situation délicate bien connue par la Parchari, avec un lot de réussite convenable, à condition de savoir l'employer. Tomen qui s'est élancé un peu plus tôt en direction des deux protagonistes finit par s'interposer. Ou tout du moins à tenter de retenir la patronne de la taverne, lui murmurant des mots qui n'atteignirent pas les oreilles d'Erya. La gamine n'en resta pas moins mi-effrayée mi-hypnotisée par la scène, admirative de ce respect imposé par la force et sans détour. La jeune fille sortit de ses rêveries lorsque l'homme finit dans le canal et ne chercha pas à remonter sur le quai.

Et c'est ainsi qu'elle se retrouva à croiser le regard de la tenancière, des yeux noirs, féroces et qui eurent le don de la mettre tout de suite mal à l'aise. « Tu voulais quelque chose ? Et c'est quoi, ça ? » La Parchari devint le sujet de la discussion, elle le comprit cependant un peu tard. Tomen allait avoir des ennuis, c'était de sa faute... « Ta gosse ? Ta sœur ? T'es qui, gamine ? » Toujours appuyée contre le mur de pierre, elle perdit pied et trébucha sur un tonneau entreposé dans le coin. Sur ses gardes, vive, la gamine se releva d'un bond avant de se cacher contre la pierre encore froide.

Elle resta là, immobile, pétrifiée à l'idée d'avoir fait quelque chose de mal et de finir pendue comme bien d'autre. Pourquoi avait-elle pris cette fâcheuse habitude de visiter Les Traquenards? Cette femme représentait tellement d'autorité à ses yeux... Et étrangement l'orpheline des bas-fonds conservait le dessus, elle-même de mauvais poil. Soufflant un bon coup et se redressant elle jura, « Et puis merde... ». Elle tira sur sa cotte pour la remettre en place et sortit de la pénombre. « Tomen n'a rien à voir là-dedans. » Une tentative qui s'acheva bien vite, interrompue par le serveur navré. « Non Erya! Lima, écoute c'est une gamine, elle est honnête alors que rien ne l'y oblige. C'était juste histoire de lui rendre service. Quelques miches, rien de plus. » Pourquoi semblait-il effrayé et déterminé à faire entendre raison à sa patronne en même temps? Son acte avait beau être généreux il ne restait pas moins en mauvaise posture. « Je suis venue à lui... » tenta-t-elle.

Et Erya se souvint, comme un flash, comme une nécessité. Elle avait besoin de ce souvenir et il avait refait surface. La main ferme qui lui avait empoigné le bras, le regard noir qui avait finit par s'adoucir. C'était une voleuse car elle n'avait d'autre choix pour survivre et elle avait tenté sa chance, c'était fait surprendre comme trop souvent et n'avait pu échapper cette fois ci. Se confondant en excuses, Tomen avait reconnu la perdition de la gamine et lui avait proposé un accord. Elle volait toujours mais plus jamais elle n'avait osé dérober quelque chose à la Dernière Erreur. « J'étais affamée et il m'a surpris... Il aurait dû me dénoncer sauf qu'il m'a offert une seconde chance et depuis ce jour j'ai toujours payé. » Excepté en ce jour maudit, elle s'en garderait bien de le dire. Sauf que techniquement elle n'avait pas récupérer la moindre miette pour le moment, peut-être que les dieux avaient un message à lui faire passer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 518

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: On ne crache pas dans la soupe (LIMA) Sam 27 Aoû - 11:50

L'enfant a peur et se dissimule (tente de se dissimuler plutôt) derrière un pan de mur en pierre. Lima attend patiemment, et avec les secondes sa fureur se dissipe. Si elle voyait la scène de l'extérieur, elle comprendrait la crainte qu'elle a pu insuffler à la gamine avec ses yeux noirs de violence. Mais elle n'est qu'elle-même et c'est l'attente qui apaise sa colère, tandis qu'elle inspire lentement. La fillette n'a rien à voir avec la bêtise et la trahison de Iago. Le calme plat n'est pourtant pas encore revenu quand l'anonyme sort de l'ombre pour tenter de défendre le serveur de la Dernière Erreur. Lima, immobile, observe le manège de défense mutuelle. Elle connaît Tomen depuis un sacré bout de temps et jusqu'à présent elle n'avait jamais eu à se plaindre de son employé : au contraire, elle lui fait plutôt confiance et le sait d'une honnêteté crasse, ce qui est assez inhabituel dans un bouge pareil. C'est donc en arquant un sourcil que la tavernière entend que ladite Erya est honnête et qu'elle récupère des miches de pain… Probablement qu'elle les paie, s'il atteste de sa droiture.

L'ancienne contrarequialla fait quelques pas vers l'enfant, bras croisés et curieuse de voir ce qu'on pourra lui avancer comme explications. Tomen, lui, a compris qu'Erya n'est plus en danger immédiat et s'est écarté d'un pas pour laisser Lima toiser la brunette. S'il ne peut se douter des pensées de la femme, il peut toutefois ne plus craindre pour sa protégée puisque Lima n'a aucun projet de la jeter dans un canal pour en finir avec cette histoire. Ses bras se décroisent et un index se tend vers la miséreuse, laissée à la pitié de Perelandro. « T'as du culot, petite. » Ce sont les mots qu'elle lui adresse, les pieds plantés sur les pavés du sol, tandis que l'index redescend et cesse de pointer Erya. « Ça dure depuis combien de temps ? » demande-t-elle à Tomen, avant de hocher la tête à la réponse qu'il lui donne. Pensive, elle ausculte l'adolescente. ELle ne bouge pas autour d'elle, mais pourrait bien adopter l'attitude d'un faucon et cercler autour de sa potentielle proie. Elle n'a aucune idée d'où vient la chapardeuse, aucune. Ses traits ne lui disent pas grand chose et Lima aurait bien du mal à identifier ses parents. Elle reprend finalement la parole, s'adressant de nouveau à son interlocutrice. « Erya, c'est ça ? » Une idée a germé dans son esprit, et elle est curieuse de savoir si cela pourrait régler ses problèmes. « Tu sais te battre ? Ou au moins cogner un peu et parer les coups ? » Un coup d'œil à Tomen qui a l'air d'avoir compris le projet de sa patronne : car oui, si la fillette a autant de cran en général, il y a moyen de lui trouver une utilité particulière. Pour autant, Lima la jauge, songe qu'elle a l'air assez jeune, et qu'elle n'est peut-être pas faite pour ça. « T'as quel âge, au fait ? » Elle-même est devenue contrarequialla assez jeune, à seize ou dix-sept ans, pour gagner de l'argent comme elle pouvait et essayer de trouver un remède à la gangrène de son père (en vain). Elle avait eu quelque chose pour quoi se battre : Erya aurait peut-être simplement sa survie à l'esprit lorsqu'il faudrait repousser des ivrognes voulant récupérer une arme qui ne serait pas la leur. D'une main distraite, Lima se gratte la nuque, observant toujours l'enfant que les Treize lui ont peut-être envoyé dans un moment de mansuétude pour une tavernière tentant de rester vaguement honnête et droite. « T'as pas de parents, c'est ça ? Ou bien plus ? » Un peu bourrue et moins tendre et délicate qu'elle aurait pu l'être, Lima met les pieds dans le plat : ses soupçons doivent s'avérer vrais, probablement, mais sait-on jamais, si la fille a fugué…

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: On ne crache pas dans la soupe (LIMA)

Revenir en haut Aller en bas
 
On ne crache pas dans la soupe (LIMA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne crache pas dans la soupe (LIMA)
» Serveuse ? Il y a un insecte dans ma soupe. [pv. Miko]
» Un corps dans la soupe
» Soupe de citrouille servie en son carosse...
» QUI CONNAIT MIEUX L'HISTOIRE DE LA SOUPE DU 1 JANVIER??????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Ailleurs & Autrement :: Temps passés-
Sauter vers: