Partagez | 
 
A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarDame grippe-tyrins• neutre morale
Pseudo : Mary, Ruth, Anne, San
Crédits : Moi
Avatar : Natalie Dormer
Messages : 1051

Âge : 36 ans
Statut : Clerc de Notaire chez Meraggio
Classe sociale : Bourgeoise
Divinité principale : Gandolo
Particularités : Particulièrement adroite avec une épée à la main. Elle fait partie d'une fatrie de cinq, la famille pour elle, c'est sacré. On dit d'elle qu'elle a les mains agiles et qu'il arrive souvent qu'elle se retrouve avec des bourses qui ne lui appartiennent pas entre les mains. Elle change presque aussi souvent de couleur de cheveux que les prostituées de partenaires. Par principe, elle ne supporte pas les Verrariens et refuse autant qu'elle le peut d'être en contact avec eux.
Dédoublement de personnalité : Premier compte mes amis.
Points : 369

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
70/100  (70/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Lun 23 Mai - 16:20


A vieux compte, nouvelle dispute






Date du sujet : 25 de Tirastim de la 77e année de Preva (539)
Lieu : La demeure d'Idriss Lilval
Moment de la journée : Matin
Conditions météorologiques : 18°C - Ciel ensoleillé, à peine quelques rares nuages qui jamais ne crèvent, nuits fraîches et chaleur croissante.
Participants : Idriss Lilval
+ PNJ : Flavius ou un serviteur de la maison, peut-être Cybèle
Statut du sujet : Privé
Court résumé : Lorsque qu'Idriss revient à Camorr après huit ans d'absence, Léodine va lui rendre visite pour s'assurer qu'il a bien respecté les termes du contrat que Norah lui a demandé de lui faire signer.

Je ne souhaite pas une intervention intempestive du maître de jeu dans ce sujet et je suis conscient que ce choix ne sera peut-être pas respecté.




gif © SPN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarDame grippe-tyrins• neutre morale
Pseudo : Mary, Ruth, Anne, San
Crédits : Moi
Avatar : Natalie Dormer
Messages : 1051

Âge : 36 ans
Statut : Clerc de Notaire chez Meraggio
Classe sociale : Bourgeoise
Divinité principale : Gandolo
Particularités : Particulièrement adroite avec une épée à la main. Elle fait partie d'une fatrie de cinq, la famille pour elle, c'est sacré. On dit d'elle qu'elle a les mains agiles et qu'il arrive souvent qu'elle se retrouve avec des bourses qui ne lui appartiennent pas entre les mains. Elle change presque aussi souvent de couleur de cheveux que les prostituées de partenaires. Par principe, elle ne supporte pas les Verrariens et refuse autant qu'elle le peut d'être en contact avec eux.
Dédoublement de personnalité : Premier compte mes amis.
Points : 369

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
70/100  (70/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Lun 23 Mai - 16:37

Il y a huit ans, lorsque Léodine venait à peine de déménager dans le Fauria, et lorsque qu'elle ne faisait pas encore partie des membres de Meraggio, Norah était venue la trouver pour lui demander de faire signer un contrat au dénommé Idris. L'homme était inconnu de Léodine et pour cause, elle ne pouvait pas connaître tous les gens biens qui vivaient à Camorr. Par contre, ce fut à cette occasion qu'elle en apprit un peu plus sur son employeuse. Léodine et Norah, même si elles travaillaient ensemble, n'étaient pas amies. Il n'y avait donc rien d'étonnant à ce que Léodine n'ait pas su avant cet instant qu'il était l'amant de Norah depuis un moment et le père de sa petite fille. Le contrat fait dans les formes, stipulait qu'Idriss prenait à sa charge Cybèle, leur fille, et qu'il avait pour tâche de s'occuper d'elle, pourvoir à ses besoins, jusqu'à ce qu'elle soit capable de le faire elle-même où en âge de se marier. Une clause du contrat stipulait également que le recours à la force ou tout autre moyen nécessaire pour la bonne application de celui-ci était autorisé. Pourquoi est-ce que Norah laissait la garde de sa fille à son compagnon, Léodine n'en savait rien. Elle supposait que c'était pour lui donner une chance de ne pas emprunter la même voie que sa mère. Dans le fond, peu importait, la Clerc ne posait pas de questions et c'était probablement pour ça qu'elle était grassement payée. On connaissait sa discrétion et son amour du travail bien fait.

Quand, peu après la signature du contrat, Idriss et Cybèle avaient disparu sans un mot, Léodine n'avait pas pu s'assurer que l'homme respectait bien sa part du contrat. C'était le genre d'imprévus qui la mettait de fort mauvaises humeurs, mais il n'y avait rien à y faire. L'histoire était quelque peu sortie de sa tête. Elle n'avait jamais demandé à Norah si elle avait des nouvelles de sa fille - quoiqu'elle se soit posé la question quelque fois - et celle-ci ne lui avait jamais rien dit. Or, quelques jours auparavant, la donne avait changé. On l'avait informé qu'Idriss était revenu à Camorr et qu'il se faisait désormais passer pour un noble sous le nom de Don Lilval. Il vivait dans une jolie demeure dans le Quartier du Tournant de la Fontaine. La jeune femme avait profité d'une visite à sa mère et à son frère dans le Recoin Nord pour faire un détour et rendre visite au nouveau Don.

Elle avait frappé à la porte de la demeure, ses documents sous le bras. Il faisait encore frais en cette fin de matinée, mais la température n'allait pas tarder à monter. L'homme qui lui avait ouvert semblait surpris de la voir, pour cause, elle n'avait pas prévenu qu'elle viendrait.

" - Je suis Maître Fosca de chez Meraggio. Je dois voir Don Lilval à propos d'un contrat qu'il a signé il y a quelques années. Aurait-il du temps à m'accorder ? "


Pleine de professionnalisme, ne sachant pas à qui elle avait affaire, elle s'était abstenue de faire mention de la nature du contrat comme des origines du nouveau Don. Du reste, elle espérait bien qu'il avait du temps à lui consacrer, plus pour son propre bien que pour le sien. On ne tarda pas à la faire entrer sur ces mots :

" - Il va vous recevoir dans quelques instants."

Ainsi, il se souvenait, en tout cas, elle espérait pour lui que c'était le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAttrape-coeurs • Chaotique bon
Pseudo : Cérès (ana).
Crédits : Spacewalker.
Avatar : Arash Marandi.
Messages : 192

Âge : Trente-deux ans.
Statut : Arnaqueur discret, menteur professionnel et faux noble de son Etat.
Classe sociale : Malgré l'achat d'un titre de noblesse, il est le fils de la fange et des immondices des ruelles camorriennes.
Divinité principale : Le Treizième.
Particularités : Noble à l'essai ✖ Ne sait ni lire ni écrire ✖ A une fille, Cybèle, âgée de dix ans.
Points : 202

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
40/100  (40/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Ven 27 Mai - 21:35

Lorsque Flavius lui avait annoncé l’arrivée de Léodine Fosca au sein de sa presque honorable demeure, Idriss avait été pris d’une bouffée d'angoisse. Oubliant toute contenance, il se précipita vers la double baie qui offrait un panorama exceptionnel sur la rue, il avait pu la voir s’approcher, armée d’une foule de documents illisibles, et de son foutu porte-plume. Un armement idéal, et suffisamment effrayant aux yeux du modeste arnaqueur qu’il était, et cela malgré son titre et malgré les apparences qu’il tenait à se donner. Une main s'abattit soudainement sur son épaule, comme pour l'arracher à l'effroi qui le tenaillait depuis ces quelques dernières secondes. « Idriss, est-ce que je dois la faire entrer ? » Drôle de question que celle-ci. Avait-il réellement le choix ? Elle savait pertinemment qu’il était rentré, et elle venait maintenant lui rendre des comptes. « Oui. Mais laisse-la patienter un peu. Je dois me préparer pour cet entretien » Flavius avait alors opiné simplement, lui souhaitant bon courage avant de sortir, veillant à fermer la porte du bureau derrière lui tandis qu’Idriss regagnait l’agréable confort de son fauteuil – ce qui lui sembla être d’un moindre réconfort en cet instant.

Il n’avait pas revu cette maudite femme depuis plus de huit ans, depuis le jour où il avait marqué d’une croix le parchemin qui liait éternellement son destin à celui de sa fille - Cybèle. Comme s’il avait besoin d’un bout de papier pour prendre soin de sa fille ! Norah avait fait preuve d’un manque de confiance notable, bien qu’il n’ait jamais désiré être père aussi tôt. Lors de la signature, on lui avait explicité les termes du contrat, un à un, et il avait tâché de les inscrire de manière indélébile dans son esprit. Le double qu'on lui avait donné était précieusement conservé dans ses affaires, bien qu'il ne soit pas en mesure de le lire, ou de se rappeler des différentes petites choses à respecter. Pour l'essentiel, Cybèle devait être heureuse, bien traitée, et convenablement nourrie. Des choses tout à fait évidentes en soit. Mais Idriss avait veillé à ce qu'elle reçoive la meilleure éducation possible - notamment ce qui lui avait manqué à lui durant l'enfance. Ainsi sa fille savait lire, écrire, mais aussi compter de manière plus que convenable, et tout cela grâce à l'aide d'un précepteur qu'il payait fort cher pour ses services. Elle était d’ailleurs en pleine leçon à cette heure précise, et il se félicitait de ne pas l’avoir auprès de lui pour cette entrevue avec Léodine. Idriss soupira lentement, ouvrant un tiroir pour en sortir un maigre dossier qu’il avait toujours conservé avec lui. Le papier était froissé, abîmé par ces huit années de vadrouille à travers quelques grandes villes du pays. Il se leva alors, pour affronter celle qui était venu le rencontrer pour la seconde fois. Une de plus qui connaissait sa véritable identité et sa basse extraction. Un danger supplémentaire pour son entreprise.

La porte tourna sur ses gonds avec un bruit d'enfer, tandis qu'il n'en sortait qu'à moitié pour lâcher « Mademoiselle Fosca. Quel plaisir de vous revoir à nouveau. Je vous en prie, installez-vous. » Il avait gagné en manière, et lui indiqua d'un geste la direction de son bureau. Dès qu'elle y fut entrée, il referma d'un coup sec la porte derrière elle avant de s'installer de l'autre côté, s'asseyant avant de darder ses prunelles sombres sur elle « Je pense très bien savoir ce qui vous amène aujourd'hui en ces lieux, après huit années d'absences et de silences. » Idriss tapota le papier posé sur le large bureau de bois.

_________________

prince des bas-fonds et voleur de rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarDame grippe-tyrins• neutre morale
Pseudo : Mary, Ruth, Anne, San
Crédits : Moi
Avatar : Natalie Dormer
Messages : 1051

Âge : 36 ans
Statut : Clerc de Notaire chez Meraggio
Classe sociale : Bourgeoise
Divinité principale : Gandolo
Particularités : Particulièrement adroite avec une épée à la main. Elle fait partie d'une fatrie de cinq, la famille pour elle, c'est sacré. On dit d'elle qu'elle a les mains agiles et qu'il arrive souvent qu'elle se retrouve avec des bourses qui ne lui appartiennent pas entre les mains. Elle change presque aussi souvent de couleur de cheveux que les prostituées de partenaires. Par principe, elle ne supporte pas les Verrariens et refuse autant qu'elle le peut d'être en contact avec eux.
Dédoublement de personnalité : Premier compte mes amis.
Points : 369

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
70/100  (70/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Ven 27 Mai - 22:38

En général, Léodine était souvent la bienvenue chez ses clients. Synonyme d’aide, son arrivée délivrait les gens de comptes fastidieux ou les aidait à y voir clair dans des documents obscurs. Idriss était un cas à part. Elle ne se souvenait pas qu’il ait signé le contrat de gaîté de cœur, quel homme l’aurait fait ? S’il ne voulait pas s’occuper de sa fille, il devait trouver ça contraignant, dans le cas inverse, insultant. Les états d’âme du nouveau Don Lilval lui importaient peu, elle se disait simplement qu’elle devait être la personne qu’il souhaitait le moins voir dans sa journée. Evidemment, c’était parce qu’elle ne connaissait pas Alba, sans quoi elle aurait peut-être pensé différemment.

Elle patienta un peu avant qu’on ne la conduise au bureau d’Idriss où il l’attendait. La porte, probablement mal huilée, fit grand bruit tandis qu’il l’invitait à s’asseoir au bureau où il la rejoignit après avoir fermé la pièce pour plus d’intimité. Elle l’examina, se rendant compte qu’au fur et à mesure des années, son visage était devenu celui d’un inconnu. Elle ne l’aurait jamais reconnu si on ne lui avait pas dit qui il était, elle n’avait vu qu’une fois après tout. Il était poli, peut-être un peu distant, mais pas agressif. C’était mieux que ce à quoi elle s’était attendue. Après tout, il avait mis les voiles huit ans auparavant sans jamais donner de nouvelles.

Bien qu’elle fasse son travail en contrôlant ce qu’Idriss faisait, elle ne tenait pas à s’aliéner l’homme pour autant. Elle n’avait rien de personnel contre lui. Léodine ne violait pas sa sphère privée par simple plaisir. Elle se rendait compte ce qu’il devait y avoir de déplaisant d’avoir quelqu’un a qui l’on devait expliquer la façon dont on élevait son enfant, justifier ses dépenses et s’exposer sans concession. Le but, qu’on le croie ou non, était de rendre l’exercice le moins pénible possible. En coopérant, les choses se passeraient d’autant mieux, mais il fallait encore qu’Idriss soit d’accord pour ça. Elle décida de mettre les choses à plat d’emblée, les choses n’en seraient que plus simple pour lui comme pour elle.

« - Merci Don Lilval ou puis-je me permettre de vous appeler Idriss ? Je vais me permettre d’être franche avec vous. Ca nous épargnera un temps précieux sans avoir besoin de se faire des politesses pour obtenir ce que l’on veut l’un et l’autre. »

Elle sourit aimablement et posa ses documents et son porte-plume sur le bureau.

« - J’imagine que vous n’êtes réellement ravis de me voir aujourd’hui et c’est compréhensible. Quoique les apparences peuvent vous faire penser, je ne suis pas votre ennemie. Je n’ai pas l’intention de rendre votre vie impossible si vous me donnez les informations dont j’ai besoin. Votre départ d’il y a huit ans ne m’a pas aidé dans mon travail, mais autant oublier le passé pour recommencer sur un bon pied. Qu’en pensez-vous ? »

Si Léodine avait un atout en dehors de son physique exotique et de ses compétences, c’était celui d’arriver à mettre les gens dans sa poche. Elle pouvait être tour à tour sympathique, cajoleuse ou amusante selon ce que les circonstances exigeaient. Les clients les plus récalcitrants lui mangeaient dans la main tant elle savait s’y prendre. Tout ce qu’elle demandait d’Idriss, c’était sa coopération. Rien de plus, les cartes étaient sur la table, à lui de prendre la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAttrape-coeurs • Chaotique bon
Pseudo : Cérès (ana).
Crédits : Spacewalker.
Avatar : Arash Marandi.
Messages : 192

Âge : Trente-deux ans.
Statut : Arnaqueur discret, menteur professionnel et faux noble de son Etat.
Classe sociale : Malgré l'achat d'un titre de noblesse, il est le fils de la fange et des immondices des ruelles camorriennes.
Divinité principale : Le Treizième.
Particularités : Noble à l'essai ✖ Ne sait ni lire ni écrire ✖ A une fille, Cybèle, âgée de dix ans.
Points : 202

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
40/100  (40/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Dim 31 Juil - 9:42

Pas réellement ravi. Un rictus ressemblant vaguement un sourire se dessina sur les lippes d’Idriss tandis qu’il observait Léodine qui venait précisément de définir son état d’esprit à la vue de cet entretien. Après tout, qui aurait pu se réjouir de se retrouver avec une petite fouine qui agitait sous son nez une merde vieille de huit ans ? Une merde – de surcroit –  à laquelle il avait brillamment échappé en parcourant le monde sans donner nouvelles à quiconque, sa fille sous le bras, et avec pour seul bagage ses exceptionnelles compétences pour l’escroquerie et la manipulation d’autrui. Il avait amassé une fortune considérable, dépensée pour l’achat d’un faux titre de noblesse, d’une maison sur les rives de Camorr, et d’un mobilier hors de prix afin de tenir un rang qu’il ne possédait que de manière fictive – ce qui transparaissait aussi bien dans ses manières que dans son incapacité à lire trois mots correctement. Ses doigts effleurèrent le bois sombre de son bureau tandis qu’il se perdait dans la contemplation des veines du bois, lâchant négligemment.

- J’apprécie votre franchise, bien que je n’apprécie pas que l’on vienne fouiller dans mes affaires alors que je m’occupe très bien de ma fille depuis huit années, sans l’aide de quiconque il me semble puisque sa mère a renoncé à tout droit sur elle avec ce contrat.

Une pointe d’amertume sembla transparaitre dans sa voix, et il tenta de ravaler cette blessure qui l’accompagnait depuis huit ans, à chaque fois qu’il posait le regard sur Cybèle. Elle ressemblait tant à Norah dans certain de ses comportements que cela lui en était presque douloureux. Mais elle restait sa fille, et il lui portait un amour infini depuis le jour de sa naissance. Aussi la voir remettre en question sa paternité le mettait légèrement hors de lui – bien qu’il reste charmant à tout égard.

- Que voulez-vous savoir exactement ? Si j’ai respecté chaque terme du contrat ? Si ma fille est heureuse avec moi ou bien si elle préférerait retrouver un foyer qu’elle a quitté seulement quelques semaines après qu’elle ait vu le jour ? Je doute qu’un bordel soit un endroit approprié pour un enfant. Surtout une fille.

Il n’ignorait pas le destin que l’on réservait aux filles de prostituées. Elles étaient le plus souvent contraintes de suivre la voix de leurs mères. Et imaginer seulement Cybèle devoir pratiquer ce genre de métier – qu’il trouvait fort honorable lorsqu’il pouvait s’y rendre – lui devait de curieux haut le cœur. Hors de question. Elle resterait toujours avec lui.

_________________

prince des bas-fonds et voleur de rêves
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarDame grippe-tyrins• neutre morale
Pseudo : Mary, Ruth, Anne, San
Crédits : Moi
Avatar : Natalie Dormer
Messages : 1051

Âge : 36 ans
Statut : Clerc de Notaire chez Meraggio
Classe sociale : Bourgeoise
Divinité principale : Gandolo
Particularités : Particulièrement adroite avec une épée à la main. Elle fait partie d'une fatrie de cinq, la famille pour elle, c'est sacré. On dit d'elle qu'elle a les mains agiles et qu'il arrive souvent qu'elle se retrouve avec des bourses qui ne lui appartiennent pas entre les mains. Elle change presque aussi souvent de couleur de cheveux que les prostituées de partenaires. Par principe, elle ne supporte pas les Verrariens et refuse autant qu'elle le peut d'être en contact avec eux.
Dédoublement de personnalité : Premier compte mes amis.
Points : 369

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
70/100  (70/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss Jeu 11 Aoû - 20:08

Évidemment, les choses n'allaient pas aussi bien que prévu. Léodine s'était attendue à des difficultés. L'homme s'était enfui pendant huit ans, probablement pour d'autres raisons que le contrat, elle n'en doutait pas, mais une fois revenu, il ne s'était pas empressé de revenir l'honorer. Sa présence ici était importune et elle le savait puisqu'il faisait à peine l'effort d'être poli. En réalité, elle y avait cru, presque. Elle n'était pas Norah, juste sa déléguée et il n'y avait aucune ressemblance entre les deux femmes. Norah était ... De ce que Léodine la connaissait, très caractérielle. Léo, elle était plutôt du genre calme et mesuré. C'est probablement pour ça que quand Idriss commença à devenir plus agressif et sec dans ses propos. Elle retient le soupir qui n'était pas loin et se contenta de sourire aimablement.

- Don Lilval."

Dans les propos de l'ancien amant de Norah, elle sentait à quel point elle était importune. De façon plus professionnelle, elle décida une dernière fois de remettre les pendules à l'heure. Désagréable ou non, c'était son travail et elle le ferrait avec tout le professionnalisme requis. Il en allait de sa réputation.

" - Que vous soyez importuné par ma présence, je le conçois très sincèrement. Par contre, veuillez prendre en compte que je ne viens pas fouiller dans vos affaires par pur plaisir. Je n'ai aucun intérêt personnel dans cette affaire, je ne fais que mon travail aussi désagréable soit-il pour vous."

C'était dis et elle espérait sincèrement qu'elle n'aurait plus à le faire et que les choses iraient plus simplement maintenant. Sans plus se gêner, elle posa une feuille sur le bureau et posa son nécessaire d'écriture.

" - Si vous permettez."


Qu'il lui permette ou non ne faisait une grande différence, mais elle le disait quand même par politesse.

" - Le premier point qu'il me faut éclaircir c'est votre départ d'il y a huit. Pourquoi êtes-vous partis et qu'avez-vous pendant ce laps de temps. Je ne doute pas un seul instant que l'enfant soit bien nourrie et qu'elle ait été bien prise en charge. Je suis certaine que vous êtes un père tout ce qu'il y a de plus honorable."

Elle choisissait ses mots avec soin pour essayer de ne pas froisser un père déjà très susceptible.

" - Je pense que le retour de votre fille dans le monde dans lequel évolue sa mère n'a jamais été mis sur le tapis. Je pense que mon employeuse est très contente de la situation actuelle."


Il eut un bref silence après lequel elle ajouta :

" - Si on excepte les huit ans de silence bien entendu."


Elle le regarda souriant, la plume suspendue au-dessus de l'encrier. Prête à écrire, n'attendant qu'Idriss se mette enfin à parler.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss

Revenir en haut Aller en bas
 
A vieux comptes, nouvelles disputes || Idriss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vieux comptes et vieux amis
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Camorr :: Quartiers septentrionaux :: Rive droite-
Sauter vers: