Partagez | 
 
Wicked Game
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarGueuse promue • Chaotique morale
Pseudo : Sedna
Crédits : Arté, Neon Demon, Björk.
Avatar : Anna Friel
Messages : 119

Âge : Trente-neuf ans.
Statut : Pirate
Classe sociale : La roture
Divinité principale : Iono, sans l'ombre d'un doute.
Particularités : Capitaine de la [i]Grosse Ausilia[/i]; épouse officieuse d'Assad Messara
Dédoublement de personnalité : Norah Amino & Sohane
Points : 152

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
42/100  (42/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Wicked Game Sam 21 Jan - 0:02


Titre du sujet

sous-titre du RP





Date du sujet : Je verrai
Lieu : L'Aghia Triada, dans un boudoir.
Moment de la journée : Milieu d'après-midi.
Conditions météorologiques : L'humeur de Chiara est tapageuse.
Participants : Tovia & Chiara
+ PNJ : (s'il y a lieu)
Statut du sujet : Privé
Court résumé : Première rencontre entre Tovia Messara et Chira Hakej.

Je souhaite/ne souhaite pas une intervention intempestive du maître de jeu dans ce sujet et je suis conscient que ce choix ne sera peut-être pas respecté.




gif © SPN


_________________

One breath away from mother Oceania. Your nimble feet make prints in my sands you have done good for yourselves since you left my wet embrace and crawled ashore. Björk


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGueuse promue • Chaotique morale
Pseudo : Sedna
Crédits : Arté, Neon Demon, Björk.
Avatar : Anna Friel
Messages : 119

Âge : Trente-neuf ans.
Statut : Pirate
Classe sociale : La roture
Divinité principale : Iono, sans l'ombre d'un doute.
Particularités : Capitaine de la [i]Grosse Ausilia[/i]; épouse officieuse d'Assad Messara
Dédoublement de personnalité : Norah Amino & Sohane
Points : 152

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
42/100  (42/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Wicked Game Sam 21 Jan - 0:02

Incrédule, Chira observe son reflet dans l’immense miroir ornés de fioritures toutes plus immondes les unes que les autres. Engoncée dans sa robe, Chiara n’arrête pas de marmonner jurons et de proférer des menaces contre Assad. Le corset lui comprime atrocement la poitrine en même temps qu’elle est outrageusement mise en avant. Jamais lui semble-t-il, l’air n’a mis autant de temps à rejoindre ses poumons. Chaque pas provoque de multiples douleurs dans les pieds, les jambes et le bas du dos à cause des chaussures qu’on lui a fait enfiler. Ses yeux s’attardent sur les motifs de la robe et ceux des lourds rideaux pendus aux fenêtres, et un instant, elle s’occupe à tenter de trouver des différences. Et, elle en compte trop peu à son goût. Mal à l’aise, elle lisse les plis invisibles du tissu et se concentre sur son visage. Ca lui a pris un petit moment de s’habituer à le voir ainsi, maquillé : elle n’a pas reconnu son reflet quand elle l’a croisé plus tôt. Ca lui demande toujours une drôle de gymnastique de l’esprit pour assimiler que le reflet devant elle est bien le sien. Que ce visage fardé qui l’observe et qu’elle dévisage est bien le sien, et que c’est elle qui se tient là, dans cette pièce trop grande, trop chargée, dans cette demeure trop vaste et démesurée.
C’est donc ça, l’Aghia Triada, la demeure d’enfance d’Assad ? Impossible pour la capitaine d’imaginer son second engoncé lui aussi dans un des costumes ridicules que les nobles de cette ville portent et déambuler dans ces murs… il lui semble que l’oxygène est une denrée rare. La domestique l’a laissé depuis quelques minutes, lui disant qu’on viendrait bientôt la chercher. Un domestique… drole de concept pour Chiara qui n’a jamais compté sur personne d’autres qu’elle-même toute sa vie. Impossible de décrire son sentiment confus quand la femme l’a baignée, habillée et maquillée tout en lui débitant d’un ton habitué quelques conseils pour la rencontre à venir avec Madame. Comment lui parler, se comporter. Et puis elle l’a plantée dans ce boudoir affreux aux canapés de velours.

Chiara déteste Assad. Elle veut quitter ces vêtements, retrouver son bateau, la mer, l’écume, l’iode, ses hommes. Elle comprend pourquoi Assad a fui, un jour, cet univers. Il serait mort, à vivre cette vie qui ne lui correspond pas. Elle comprend l’appel à l’aide de son ami et son besoin d’allier pour les combats à venir. Quels qu’ils soient. Alors, Chiara oublie qu’elle déteste Assad (en plus, c’est pas vrai…) et prend son mal en patience. Quand enfin le bruit de la porte grince, elle se lance. « J’te préviens Assad, dès qu’on sort on va aux putes ! ». Elle a plaqué un sourire étincelant sur son visage qui se fige, puis se crispe quand elle découvre qui se tient devant elle.

Ce n’est certainement pas Assad.


_________________

One breath away from mother Oceania. Your nimble feet make prints in my sands you have done good for yourselves since you left my wet embrace and crawled ashore. Björk


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarMessara à tout prix • Sociale morale
Pseudo : NYX
Crédits : liloo_59, savage, shiya
Avatar : Gal Gadot
Messages : 263

Âge : Bientôt trente-trois ans
Classe sociale : Noblesse
Divinité principale : Venaportha
Points : 145

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Wicked Game Jeu 26 Jan - 2:56

Plus le temps passe et moins l’idée lui plaît. Non seulement elle est obligée de supporter la présence d’Assad, mais en plus celle de son épouse. Au dîner. Il y aura Haïm qui se moque, Assad qui ne sait pas où poser ses coudes ni comment tenir sa fourchette. Elle sera obligée de faire la conversation, d’observer des convenances qui ne lui ont jamais paru si ridicules qu’en ce moment. Elle voudrait, elle aussi, sauter le mur du jardin pour ne jamais revenir. Mais elle ne saurait pas où aller et de toute façon, elle a ici un devoir à accomplir –qu’elle regrette davantage chaque jour. Elle voudrait savoir à quoi s’attendre mais les surprises s’enchaînent. Si le cadet des Messara semble trouver énormément de satisfaction dans ce nouvel échiquier, sa belle-sœur s’en réjouit beaucoup moins. Elle se sent de plus en plus à l’écart dans ce nouveau jeu, et redoute d’être l’un des premiers pions sacrifiés pour remporter la partie. Cette impression inquiétante, en plus de toutes les émotions contradictoires associées au retour d’Assad et des désagréables surprises qui en découlent rendent la situation carrément insupportable.

C'est peut-être l'envie d'avoir un temps d'avance, rien qu'une toute petite idée de ce qu'elle aura à affronter, pour une fois, qui la pousse à se diriger seule vers le boudoir. Elle a la tête haute et le dos droit, comme toujours. On la dirait pleine d'assurance, comme si la demeure dans laquelle elle se promène librement était la sienne ; ce n'est pas le cas. Charif préfère avoir une demeure ailleurs et, en dépit de son air confiant, Tovia a l'estomac noué. Si elle a l'habitude de contempler les intrigues familiales de loin, elle n'avait toujours pas eu la chance d'en faire partie intégrante, et ça ne lui plaît pas du tout. Pour plusieurs raisons, elle sait que c'est nécessaire mais ça ne lui rend pas la tâche plus aisée. Pendant toutes ces années, elle se contentait très bien d'être invisible, cachée derrière une façade parfaite, loin des ragots et des scandales. Mais maintenant... Elle se sent vulnérable.

Et Tovia Messara n'a pas l'habitude de se sentir vulnérable.

Elle inspire longuement et pousse le battant, prête à combattre, prête à devoir se défendre, elle n'en sait rien. Beatriz Feluccia pourrait l'attendre dans la pièce qu'elle n'en serait même pas étonnée. Mais ce n'est ni Beatriz ni l'une de ses semblables qui se tient là. Elle n'a pas même besoin de poser les yeux sur elle ; elle est accueillie par une remarque qui ne lui est pas destinée mais qui en dit long. Aller aux putes ? Désarçonnée, elle s'arrête dans le chambranle de la porte. Une seconde, puis deux, avant d'entrer et de refermer d'un geste rapide (mais mesuré) le panneau derrière elle. Doit-elle rire ou pleurer, elle n'en est pas certaine.

Et c'est finalement le sourire qui gagne, un sourire sincère, amusé, et pas parce qu'elle se moque. « Espérons juste que personne n'ait entendu ça. » À l'abri des yeux et des oreilles indiscrètes, Tovia se permet beaucoup plus de libertés que lorsqu'elle a une audience. Alors elle s'approche, non sans dévisager la jolie rousse (à l'air tout particulièrement mal à l'aise) qui la regarde comme s'il allait soudainement lui pousser des ailes. « Tovia. Et vous êtes ? » Est-ce que ce n'est qu'une vaste supercherie pour la duper ? Dans tous les cas, aussi bien jouer le jeu. Alors elle tend la main pour la lui serrer, oubliant un instant de sauvegarder les apparences.

_________________
And you're not leaving yet, but I'm not placing bets cause there's things that can't be said, and others that should.
fools and their gold
(code northern lights/plgrms.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGueuse promue • Chaotique morale
Pseudo : Sedna
Crédits : Arté, Neon Demon, Björk.
Avatar : Anna Friel
Messages : 119

Âge : Trente-neuf ans.
Statut : Pirate
Classe sociale : La roture
Divinité principale : Iono, sans l'ombre d'un doute.
Particularités : Capitaine de la [i]Grosse Ausilia[/i]; épouse officieuse d'Assad Messara
Dédoublement de personnalité : Norah Amino & Sohane
Points : 152

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
42/100  (42/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Wicked Game Ven 5 Mai - 12:02

Les pupilles canailles, Chiara dévisage lentement l’étrangère face à elle, retrace la courbe des hanches marquées par le corset et la gorge assez dénudée pour ne laisser deviner que l’essentiel. Si elle ne devait pas elle-même en porter, Chiara pourrait aimer ces vêtements. Oh, en réalité, elle les adore déjà, sur d’autres, et surtout quand il s’agit de faire glisser lentement les lacets pour libérer la peau. La pirate regrette l’espace d’un bref instant sa rencontre avec la charmante personne qui se tient droite devant elle, visiblement gênée et désarçonnée. Probablement que les billes qui se fixent sur elle et qui promettent des choses dont on ne parle probablement pas chez les bien-nés y sont pour quelque chose. Finalement, un sourire polisson marque les lèvres de la capitaine quand l’autre se présente à elle. « Chiara, elle répond, le ton coulant en attrapant la main qu’elle serre franchement. » Le contraste des deux peaux est flagrant : tous les onguents du monde ne peuvent masquer les mains abîmées par des années à manier le sabre et tirer sur des cordages. Il semble à Chiara que ses mains sont d’autant plus rugueuses que celles de sa vis-à-vis sont comme celles d’un nourrisson : douces et lisses. Le sourire s’accentue quand l’image fugace de ce doux contact sur le reste de son corps s’introduit dans ses pensées. Mais elle se reprend bien vite, lâche la menotte qu’elle a gardé peut-être un brin plus longtemps que ne n’exigent les convenances. « Tovia, elle répète, songeuse. Assad m’a parlé de vous, oui. Son amie d’enfance, c’est bien ça ?[/i]. » Le regard et le sourire démentent l’innocence des propos. Chiara sait tout, puisqu’elle a obligé Assad à parler et lui expliquer qui est qui pour qu’elle-même joue au mieux son propre rôle. « Espérons que quelqu’un a entendu, au contraire. Nous pourrions nous régaler des rumeurs qui circuleront dans votre palais et profiter de savoir que nous sommes les seuls à connaître la vérité. » Bien sûr, des priorités comme la réputation ou l’étiquette échappent à la capitaine, pour qui les apparences importent peu. Il n’y a de toute façon qu’à voir comme elle triture sa coiffure qui lui tire bien trop les cheveux (qu’on a lissé pour l’occasion, et Chiara déteste ça), comme elle remet en place sa robe et se déplace encore comme si elle devait compenser le roulis des flots – ou peut-être est-ce parce que les chaussures qu’elle porte lui font regretter ses bottes de cuir.

« Que me vaut le plaisir ? elle demande finalement en se laissant tomber sans aucune grâce sur un sofa immonde décoré de fleurs et de papillons dorés. Assieds-toi, reste pas comme ça. Tu m’donnes mal à la tête. Et pourtant, j’ai décuvé… Bon sang, Assad, tu m’le pay’ras, tout ça, elle ajoute plus bas en marmonnant. ». Le naturel de la pirate revient rapidement, et puisqu’il semble que l’interlude permet à chacun se débarrasser des convenances, alors Chiara en profite pour redevenir elle-même et non plus Madame Assad Messera comme elle va devoir le prétendre dans les jours à venir… L’image de Sohane jouant ce rôle lui tire un drôle de rictus un instant. Pourtant, s’il devait y avoir une Madame Assad Messera, c’est bien la véritable mère des deux gamins qui devrait jouer ce rôle. Ce serait d’ailleurs bien plus drôle à table de présenter la réelle famille du maitre de la maisonnée revenu d’entre les morts pour récupérer son titre : la mère de ses enfants d’un côté, Chiara de l’autre et Tovia en face. L’idée est plaisante un instant, mais quand ce sont des images de peaux dénudées qui prennent la place dans l’esprit de Chiara, elle les chasse rapidement. Elle gardera ces pensées plaisantes pour le repas, quand il faudra prendre sur soi et ne pas enfoncer un couteau dans la gorge de l’un des frères d’Assad.

_________________

One breath away from mother Oceania. Your nimble feet make prints in my sands you have done good for yourselves since you left my wet embrace and crawled ashore. Björk


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Wicked Game

Revenir en haut Aller en bas
 
Wicked Game
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wicked game / Gildi
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Camorr :: Quartiers septentrionaux :: Alcegrante-
Sauter vers: