Partagez | 
 
Capas (7/8 libres)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:05


Capas de Camorr




Des dix capas de Camorr, huit sont jouables par les membres. Puissants, cruels, fantasques, fous, jaloux, colériques, retords, rusés, ils sont aussi diversifiés qu'essentiels pour le fonctionnement des Gens Bien. Ces rôles sont donc très attendus par tout le forum, mais ils ont également une durée de vie limitée. Hé oui ! Prendre ces personnages revient à un jour accepter de les tuer, en jeu, pour le bien de l'avancement de l'histoire commune. Cela dit, avant cette heure fatidique, n'est-ce pas l'occasion de jouer un personnage franchement sensas ? Puis, vos actions en jeu pourront peut-être bien augmenter leurs chances de vie... Pour en savoir plus sur les capas, leurs territoires et leurs actions, rendez-vous dans l'annexe sur la pègre camorrienne.

Azaria Arando
Bethe "La Foudre"
Bush Strozzi
Felipe
Larone
Lore Mariana
Marek Villo
Varna






_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Azaria Arando
Ce personnage est pris



Avatars suggérés : Rosario Dawson ou Danai Gurira ou Naomi Harris.


disciple de l'innommé

Prénom : Azaria.
Patronyme : Arando, nom de son époux, mystérieusement (non) décédé et dont elle a pris la succession.
Surnom : Aza, presque comme la Dame du Long Silence.
Âge : Trente-six ans.
Profession : Capa régnant sur l'Eau Rouge, la Chute aux Moulins et la Porte Cenza, ce qui lui donne le contrôle de la route commerciale. Rien de moins.
Statut : Elle a été mariée et est désormais veuve, mère d'une fille qu'elle ne prend pas la peine d'élever.
Allégeance : Elle-même.
Date et lieu de naissance : À Syrune.
Origine : Syrestienne de naissance, Camorrienne de mariage. À la ville bien plus qu'à un homme.
Divinité principale : Sa bouche parle au Treizième, mais son cœur toujours prononce le nom d'Usharas.
Caractère : Mystérieuse, cruelle, égoïste, efficace, rancunière, coquette, théâtrale, mauvaise perdante, aride, opportuniste, superstitieuse, assurée.
Traits physiques : La peau noire, le regard charbonneux et la silhouette bien tournée.

« Va savoir d'où elle est débarquée : dès le lendemain, ce crétin d'Arando était à ses pieds.
- Pas étonnant qu'elle l'ait écrasé aussi facilement, après qu'elle soit devenue son épouse.
- Je dis, c'est sûr qu'il y a de la sorcellerie là-dessous. »



« J'ai entendu dire qu'elle avait servi la Dame Très Équitable.
- Foutaises. Elle est Syrestienne, qu'est-ce qu'elle foutrait avec Aza Guilla comme favorite ?
- Vu le nombre de pezons qu'elle n'hésite pas à sacrifier uniquement pour maintenir la terreur, on pourrait penser qu'elle s'y dévoue, pourtant.
- Si ce n'est pas elle-même qu'elle sacrifie, je ne suis pas sûr que ça compte. »



« Quiconque raconte des conneries sur l'instinct maternel devrait rencontrer Azaria. Il reverrait bien vite ses idées.
- Elle a envoyé sa fille où, déjà ?
- Nul part. Elle l'a foutu dans les bras d'une nourrice, quand elle est née, et elle ne l'a plus revue depuis.
- Si elle ne voulait pas de gamine, elle avait qu'à se faire un thé infusé au Réconfort de la Pauvresse, comme tout le monde.
- Renzo aurait pas apprécié des masses.
- Elle l'a tué à sa huitième lune de grossesse.
- S'il ne voulait pas mourir, il n'avait qu'à ne pas contrarier une femme enceinte, comme tout le monde. »



« C'est Varna, qui est venue lui demander une alliance, non ?
- Ouais. Ensuite, elle a demandé à Bethe et depuis, tout roule comme un vieux fait ses cigarettes. Ça se rencontre à la nuit tombée, ça complote à voix basse et ça passe sur les routes des autres sans péter de travers.
- Putain de solidarité féminine. »



« Très superstitieuse. Sa chambre est pleine de gris-gris, d'images pieuses, de statuettes, de chandelles et d'encens. Y'a de quoi fournir les temples des douze dieux juste avec tout le bordel qui s'y entasse. »



« Elle a dénoncé un de ses gangs, la semaine dernière, et elle est elle-même aller assister à la pendaison de tous ses membres. On sait même pas pourquoi elle a fait ça.
- Et pourquoi ils ne se rallient pas à un autre capa ?
- La terreur, je crois.
- Ou la sorcellerie.
- Mais ferme-la, avec tes idées de sorcellerie. Si t'en parles trop fort, y'a un Mage-Esclave qui va rappliquer à coup sûr, magie ou pas. »



« Et Bush, il aurait pas un petit faible, pour elle ? Pour la laisser vivre sa vie, comme ça, à côté de lui, sans jamais intervenir.
- Si c'est le cas, autant qu'il tente sa chance avec l'Empaleur, Aza est aussi accueillante qu'elle, quand on parle pénis.
- Même pas un un peu ?
- La garce est jolie, mais Bush sait bien où sont ses intérêts. Plus il ferme sa gueule, plus elle l'oublie, et plus les Vestes Jaunes les oublient tous les deux. »



« T'as vu sa robe ? J'ai vu la même sur une comtesse, la semaine dernière.
- Quand t'es capa, je suppose que t'as le budget pour t'acheter les toilettes que tu veux.
- Et les hommes pour les voler à qui tu veux, aussi. »



« Qu'est-ce qui t'amène ici, Lore ? Je m'ennuyais presque de toi, depuis ta dernière visite. Ce n'est pas dans tes habitudes, de me laisser seule si longtemps.
- Occupations habituelles. Guerre, sang et tripes.
- Oh, tu sais vendre du rêve à une femme.
- Tu m'en vends tout autant, Aza. Du rêve et quelques hommes de plus, si possible. Cette blondasse m'a écrasé les derniers en date et j'aurais besoin d'un peu... d'aide. S'il te plaît ?
- ... Comment. Oses-tu. Me demander. Ça.
- Aza, c'est juste quelques h-
- AVEC UN S'IL TE PLAÎT ?
- J'VAIS PAS TE DIRE : "FILE-MOI TES HOMMES, GROGNASSE, OU JE TE DÉCAPITE" !
- C'EST QUOI, T'AS PEUR, ENCULÉ ? LA FOUDRE T'A CHOURÉ TES COUILLES EN MÊME TEMPS QUE TA FEMME ?
- REDIS ÇA ET J'TE DÉCAPITE POUR VRAI !
- ESSAIE, JUSTE POUR VOIR. »



« Et là, elle lui a gueulé, "Essaie, juste pour voir !"
- Et ?
- Bah Lore est reparti avec sept hommes et elle s'est couchée le sourire aux lèvres, si je me rappelle bien. Et depuis, c'est encore tranquille à la frontière.
- Y'a rien à y comprendre. Je sais pas si c'est du respect, à ce stade.
- Disons un échange de bons procédés. Ils ont tous les deux soif de sang et ils tirent leur titre d'un héritage. Tant qu'ils y trouvent leur compte, ça les arrange.
- J'vais quand même éviter d'être là quand ça ne les arrangera plus. »

rebelle mauvaise

« Le pouvoir est une effroyable sorcellerie. »

© falselight - Arté, deadpool, Anarya


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Bethe la Foudre
Ce personnage est pris



Avatars suggérés : michelle pfeiffer ou naomi watts ou charlize theron.


disciple de l'innommé


Prénom : Bethe, dite la Foudre.
Patronyme : Souvent, les gosses de Prendfeu n'en ont pas.
Surnom : Peut-être que ça a un rapport avec le coup de foudre, ou l'effet foudroyant qu'elle produit chez ceux qui la rencontrent. On l'a toujours nommée ainsi.
Âge : Quarante-cinq ans.
Profession : Capa, elle contrôle Fumehouille et doit défendre ce qu'il lui reste de Pleutcendres et de Prendfeu. Elle possède aussi un bordel, qu'elle use plus qu'elle ne gère, en accord avec sa soeur, garrista des Dockeuses.
Statut : Inconstante, amoureuse cent fois par jour - au moins.
Allégeance : Aux plaisirs éphémères.
Date et lieu de naissance : Dans un recoin sombre de Prendfeu.
Origine : Camorrienne par la naissance, elle a sûrement été crachée là par une vadrane.
Divinité principale : Preva - l'Innommé tolèrera bien cette petite infidélité.
Caractère : Humaniste, dépravée, caustique, comédienne, prolixe.
Traits physiques : Blonde parmi les camorriennes, on dit de Bethe qu'elle a une beauté exotique ; elle transpire la luxure, et la rumeur veut que qui la contemple tombe à ses genoux ; c'est sûrement la revanche qu'a son corps pour l'infertilité de son ventre.


« Tecla ? Atrahasis ? Mira ? Clio ?
- Abandonne, l'ami. Tu trouveras plus vite le nombre d'années de la nouvelle gosse que Bethe s'est offerte pour amante que son nom dans la liste de toutes celles qu'elle s'est déjà tapée. »



« Elle vit dans une villa délabrée de Pleutcendres. C'est gris. Sombre. Glauque.
- Pas du tout Bethe.
- Non, pas du tout. »



« On peut savoir comment une vadrane s'est retrouvée capa alors que Camorr est une ville tellement raciste que le mot pour le dire, ça doit être camorriste ?
- Elle a couché pour réussir.
- Sérieusement...
- Sérieusement ! Un petit vagin magique, cette Bethe. Tous les pauvres gars qui l'ont allongée ont fini par promettre de vivre pour la servir. Donc, techniquement, si tu comptes tous ceux qu'elle a sous sa coupe actuellement... »



« Non. T'es con, putain... Sa soeur, c'est pas sa soeur. C'est juste... PUTAIN, mais.
- Tu vois, toi non plus, t'y comprends rien.
- Si. Elles ont grandi ensemble. Dans Prendfeu. Mais c'est pas des soeurs. Elles sont juste blondes, toutes les deux. Et des blondes, dans Prendfeu... dans Camorr, même. Donc elles sont soeurs. ENFIN, ON CROIT.
- T'en sais rien, en fait...
- Je t'emmerde, d'accord ? Elles croient qu'elles sont soeurs ! »



« J'veux que Bethe me lorgne comme elle lorgne sur Varna...
- T'es con !
- Quoi ! Mate-les ! Les yeux qu'elle lui fait, si la Matrone était à poils, elle la regarderait pas différemment !
- C'est son truc. Les alliances, d'accord, mais il faut toujours qu'elle y ajoute... oh, tu le vois bien ! Puis c'est pas si cher payé. Varna, elle s'est récupérée toutes les Dockeuses de son côté et, en échange, faut juste qu'elle encaisse des regards qui disent Varna-couche-toi-là.
- C'est ce que je dis...
- Oui, bah rêve pas, mon pote. Elle se tape la moitié de Camorr, mais plutôt la moitié qu'a un vagin. »



« Donna Ellea Mariana, c'était quelque chose, l'ami. Le grand amour de la Foudre, faut croire.
- Le jour où elle tuera Lore...
- Ou l'jour où Lore la tuera...
- Elle valait vraiment tout le sang versé par Prendfeu, cette nana ?
- Si tu leur demandes, ils te diront sûrement qu'elle valait tout le sang que Camorr peut verser. »



« Si tu veux des armes de bonne facture, mieux vaut t'entendre avec elle. Les meilleures armes sont dans les forges et les forges sont à Fumehouille.
- Y a un moyen de contourner ça ?
- Proposer à Barsavi d'arrêter d'attaquer par Pleutcendres et d'ordonner aux Goulets et au Chaudron de s'en prendre directement à Fumehouille ? Mais les gars, là-bas, ils ont pas peur de mourir. Même s'ils se battent pas forcément pour elle, laisse-moi te dire que cette armée de connards, avec toutes les épées, les dagues, et les arcs qu'ils ont, avant de les emmerder, t'y réfléchis deux fois.
- Et elle fait comment, Bethe ?
- Les putes. Le monde entier paie en or et en argent, mais Bethe paie toujours en putains. »



« Mets un medekiner en permanence avec Bethe et, en vingt ans, on peut recenser tous les maladies du cul qu'existent !  »



« On pourrait quitter Camorr.
- J'adore Camorr.
- Tu peux pas gagner cette guerre, Bethe. Même deux cents hommes loyaux, ça ne vaut pas le millier d'enfants de pute contre nous.
- Tu as peur de mourir, Ignacio ?
- J'ai envie de vivre.
- Et tu ne vois pas que, justement, c'est ça, vivre ? Est-ce que tout n'est pas plus intense, plus beau et plus exceptionnel parce que nos chances de mourir s'accroissent ?
- ... tu n'as jamais eu l'intention de gagner cette guerre.
- J'ai l'intention d'en profiter. »



« Je sais pas comment dire... c'est comme si elle disait je suis libre de baiser comme un mec.
- Oh, ouais, ouais ! je vois ! Un truc comme la liberté de baiser qui tu veux même si t'es une nana ? Et on appellerait ça le féminisme !
- Le quoi ?
- Comme quoi la femme, c'est pareil qu'un homme.
- Naaaan, ça marcherait jamais ton truc, parce que ça suppose, quoi ? que, à Camorr, nos gonzesses sont des faibles... ?
- ...
- AHAHAHAHAH.
- AHAHAHAHAH. »



« Mon cousin dit qu'y'a rien de mieux que de bosser pour elle. Entre les après-midi thés et langue-de-putes avec Strozzi ; les soirées viens, on essaie toutes les nouvelles catins de mon bordel ; les nuits où ça rapplique en tenues glamour pour faire des complots féministes avec Azaria et Varna ; puis lancer des cailloux sur ces gros cons de Mariana...
- Tu vas signer avec ton sang.
- Ouais !... mais on s'amuse ! »

chaotique neutre

« Elles prennent leur cul pour leur cœur et
croient que la lune est faite pour éclairer leur boudoir. »

© falselight - psychadelya, antigone, merenwen


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Bush Strozzi
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : Javier Bardem ou Naveen Andrews ou Irrfan Khan.


disciple de l'innommé

Prénom : Benedetto, abrégé en "Bush", ça va plus vite à dire.
Patronyme : Strozzi.
Surnom : Bush, le condensé de son nom de naissance. Bush, c'est plus brusque, plus brutal, plus sévère. Ça sonne bien, autant dans la gueule d'une Veste Jaune que d'un criminel. Ça fait sérieux.
Âge : Quarante-huit ans.
Profession : Capa, ta gueule. Il contrôle Quiétude et le Tertre du Mendiant.
Statut : Il a été marié, un temps. Quand il était encore Veste Jaune. Et puis, son changement de statut a déplu à sa dame, et ils se sont séparés bons amis. Il reste encore en bons termes avec elle, mais elle est partie vivre à Espara alors ils ne se croisent plus vraiment.
Allégeance : Lui-même, c'est simple.
Date et lieu de naissance : En été, dans un des faubourgs de Camorr.
Origine : Camorrien. Les crétins racontent qu'il a eu un grand-père Jérémite, mais ça ne le fait pas rire du tout. En réalité il a des origines issariennes.
Divinité principale : Le Treizième, qu'il le fasse aussi riche que possible.
Caractère : cupide, intéressé, posé, bon juge de caractère, sagace, astucieux, impatient, avare, séducteur, infidèle.
Traits physiques : Un visage émacié, des cheveux relativement longs, et le bras qui se termine par un long sabre recourbé qu'il maîtrise à la perfection.

« Son frère, c'est pas Pierro Strozzi ?
- Si si, c'est un contrebandier qui vit dans les Vents fantômes et a une famille à Port-Prodigue. Il paraît que Bush utilise l'Angevin pour alimenter les cales de son frère.
- Je ferai pareil si j'avais les moyens pour faire ça. »



« Il a commencé sa vie comme Veste Jaune.
- Tu déconnes ?
- Il s'agissait d'apprendre leurs méthodes et de connaître leurs points faibles. Un agent double, en d'autres termes. Et puis, il s'attendait à ce que la paie soit bonne.
- Ça doit être joli quand il recroise des anciens compères d'armes.
- Ils ferment l'œil sur ses conneries, même s'il est qualifié de traître. Enfin, ça dépend des personnes, en fait. »



« Y a pas moyen d'être sûr de ce type, il n'écoute que ses intérêts.
- Ça doit être bien chiant pour s'allier avec lui.
- Disons qu'Aza pourrait bien lui rentrer la tête dans les épaules, mais qu'il est pas trop con pour énerver la Dame bêtement.
- Et puis, s'il peut se mettre dans la poche quelques écus, il est pas contre.
- C'est vrai, il s'en fout des hommes.
- En même temps, il a réussi à obtenir une sorte de statu quo. »



« La dernière fois que Strozzi et Masor se sont croisés, ça a été ultra tendu. Les bourgeois qui étaient dans le coin ont bien senti qu'il valait mieux se barrer tout de suite.
- Surtout qu'il y en avait un dans le tas qui avait clairement accusé Strozzi d'avoir planqué un cadavre dans sa cave, de force.
- Ouais, c'est ça. C'était y a trois ou quatre mois.
- À vous entendre, Strozzi et Masor se connaissaient bien.
- Ben oui, petite, ils ont grandi ensemble, quasiment frères de lait.
- Mais alors, il s'est passé quoi ?
- Masor a fait des menaces sous-couvert.
- En même temps, c'est lui qui s'est senti le plus trahi quand Strozzi a quitté la police du Duc. »



« Il paraît qu'il fait comme Raza Cala.
- Hein ?
- Qu'il joue à pile ou face ses alliances.
- Oh, arrête tes conneries, c'est pas possible. Il est pas con à ce point-là.
- Sérieusement, c'est difficile de savoir ce qu'il a dans la tête, ce cabot, quand même.
- Le fric, y a que ça qui l'intéresse.
- J'en suis pas si sûr, tu vois. »



« Hé, Bea, il était comment, ton ancien mari, au lit ?
- Ta gueule.
- Oh mais allez, raconte-nous ça, quand même.
- Lino, si je te raconte quoi que ce soit, Bush viendra pendant que tu dors et te tranchera la gorge.
- Il n'est pas là. Il a rien à foutre à Espara, en plus.
- Ne sous-estime jamais Bush Strozzi : il a des yeux et des oreilles partout, et il sait s'en servir, alors joue pas au con. Et occupe-toi de cette putain de teinture. »



« C'étaient deux frères, Pierro et Benedetto. Le premier en a vite eu marre de la campagne, et il a entraîné le deuxième vers Camorr, au sein même de la ville. Et puis ils ont rencontré des Gens Bien, dans Prendfeu, et ont vite sympathisé avec une des bandes.
- C'était quand, ça ?
- Chais pas, y a trente ans, un truc comme ça. Pierro avait vingt ans, Benedetto devait en avoir deux de moins.
- Et depuis ?
- Pierro a pris la mer pour ne plus vraiment revenir à Camorr. Des fois, il envoie des chargements et des produits de luxe à leurs parents restés dans les faubourgs.
- Et Benedetto ?
- Ben… T'es con ou tu le fais exprès ?
- Ah oui, merde, c'est Bush. »



« Patron ?
- Ouais, quoi ?
- Vous voulez faire quoi de tout votre fric ?
- Qui demande ? La subalterne, ou la curieuse ?
- La fouine, vous croyez quoi.
- Quand j'aurais assez d'argent, ma petite, je vais me barrer à Lashain, devenir noble du deuxième ou troisième état, et puis je reviendrais à Camorr pour devenir le nouveau Comte de la Vigie Ouest.
- Vous vous la jouez un peu Comte Dément.
- Plutôt que de dire des conneries pareilles, viens utiliser ta bouche d'une autre façon.
- J'suis pas une des Muguettes ou des Dockeuses.
- T'es sous mes ordres, oui ou non ? Et t'as pas envie que j'augmente ton tribut, hein ? Alors obéis et minaude pas. »



« C'est quoi, en fait, son intérêt dans cette guerre ?
- Lever un impôt considérable pour pouvoir aller se la couler douce plus loin.
- Mais pourquoi est-ce qu'il ne vend pas ses hommes à Mariana, genre, avant que le Baron vienne lui exploser les dents une fois qu'il aura réglé leur compte à Bethe & Felipe ?
- Parce que ses hommes accepteraient pas.
- Et que le capa est pas si con que ça.
- Y a ça, aussi.
- Ouais ben on va se faire exploser.
- Moi, je parierai pas forcément sur Lore, hein. »

chaotique neutre

« Gardien Véreux, si j'arrive à acheter un titre de noblesse, je t'érige un temple. »

© falselight - PATHOS, Arté, Arté


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Felipe
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : Rami Malek ou Miguel Angel Silvestre ou Tom Riley.


disciple de l'innommé

Prénom : Felipe.
Patronyme : Orphelin sans nom.
Surnom : Aucun.
Âge : Trente-trois ans.
Profession : Capa, il règne sur la moitié d'Eau de Rouille et c'est tout. Ça craint.
Statut : Célibataire. Ses préférences n'ont jamais été connues (simple question de stratégie) et s'il donne le change mollement avec une pute, une fois de temps en temps, c'est sans grande conviction.
Allégeance : Le capa Barsavi et un peu lui-même, mais... majoritairement Barsavi, oui.
Date et lieu de naissance : Un hiver pluvieux de Tal Verrar, à une date inconnue.
Origine : Verrarienne, même si son teint pâlot trahit quelques racines vadranes plus ou moins éloignées. Il n'en sait rien, il n'a pas de famille.
Divinité principale : La Treizième, la dame qui le protège, et Perelandro, qui veille également sur lui. Il en a besoin.
Caractère : Inexpérimenté, hésitant, menteur, loyal, diplomate, désireux de faire ses preuves, ambitieux, bavard, difficilement influençable, sérieux.
Traits physiques : Thérin du sud au teint hâlé, et à la barbe et cheveux sombres. Plutôt anonyme, le visage jeune et les doigts brûlés par l'alchimie et les poudres explosives.

« Ce pauvre type va mourir à bout de nerfs avant même que la lame d'une épée le touche. »



« Attends, je comprends pas trop le plan.
- Je ne sais même pas si c'est vraiment le plan. Barsavi aurait foutu Felipe dans territoire, après qu'il ait absorbé tous les capas de l'endroit, histoire d'ensuite pouvoir absorber tous ceux entre eux. Et quand ce serait à son tour, il n'aurait qu'à se rendre sans faire d'histoires.
- J'ai jamais entendu parler d'un truc aussi dangereux.
- Tu parles : il va se faire dévorer par tous les autres avant. »



« Mais est-ce qu'il ferme sa putain de gueule, parfois, Felipe ? Ça fait une heure qu'il jacasse comme une poule, ça me rend dingue. Je sais même pas de quoi il peut bien parler pendant si longtemps.
- T'as qu'à demander aux putes, peut-être que dans ces moments-là, il occupe sa langue à autre chose. »



« C'est un vicieux. Une splendide paire de Crocs de voleur comme arme, la lame enduite d'un poison de contact. Il est inexpérimenté, mais certainement pas débile. »



« Cinq bandes ? Il n'en avait pas six, hier encore ?
- Hier, c'est ça. Une bande de Don Mariana est venue faire le ménage. Ce n'est même plus drôle de voir ça aller, les paris vont jusqu'à prédire sa mort la semaine dernière.
- J'ai parié pour dans deux semaines.
- Et moi, partagé en trois par le Don, Bush et Aza. La tête à Aza. »



« Biberonné au coquillard, il boit rien d'autre. Il va jusqu'à en verser dans son café, il dit que ça rend les mélanges jereshiens buvables. »



« C'est toi qui t'occupe de Felipe, ce soir ?
- Ouais. Ça devrait pas être une nuit bien mouvementée; on dirait carrément que ça l'emmerde.
- Pourquoi se payer une pute, hein, si c'est pour lui faire sentir qu'il préférerait qu'elle soit pas là ? »



« Tous les soirs ?
- Tous les soirs, juré, je le vois quitter son territoire pour aller prier au temple de Perelandro.
- Comme si Perelandro pouvait le protéger de la Treizième et de ses autres protégés.
- Qui sait ? Peut-être qu'un aîné saura tempérer sa benjamine... »



« Plutôt joli garçon et plutôt beau parleur, quand il s'y met. S'il est encore vivant et qu'il a encore un territoire, c'est sans aucun doute grâce à ça.
- Bizarrement, je pense pas que ses voisins soient bien sensibles à sa jolie gueule, ou à ses arguments.
- Non, mais les types qu'il recrute, oui.
- ... à sa gueule ?
- Je sais pas trop, hein, c'est juste des trucs que j'ai entendu chez les putes.
- Tant qu'il nous fasse pas un Bethe... »



« Felipe est plutôt porté vers les trucs subtils. Les manches pleines de poudre de pétales d'orchidée de l'étrangleur et de quoi empoisonner toute une réception, s'il en a besoin.
- Il a appris ça sous Barsavi ?
- Tu sais que le capa et la subtilité, ce n'est pas son fort. Il aurait récupéré le gamin quand il portait encore sa calotte rouge d'aide-alchimiste.
- Ça, ça veut dire qu'il peut aussi donner dans les trucs moins subtils. »



« Fous le camp d'ici, Sandrelli, j'ai pas besoin que tu viennes te pavaner. Va faire ça ailleurs.
- Pourquoi, je te dérange pendant que tu ramasses les cadavres de tes hommes morts ? Tu sais que le capa ne sera pas très content.
- C'est moi le capa, dans ce trou, alors tu dégages.
- Putain, celle-là est vachement grosse ! T'es sûr que t'as pas besoin de quelqu'un pour t'aider à la rouler jusqu'à la fosse commune de tes dix gangs sacrifiés ?
- Je t'ai dit de DÉGAGER ! »

loyal impur

« Quoi de plus lucide que la peur ? »

© falselight - faust, vent nocturne, Coatlicue.


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Larone
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : Luke Arnold ou Diego Luna ou Gael Garcia Bernal.


disciple de l'innommé

Prénom : Larone (se prononce "Laroné", à la camorrienne).
Patronyme : Gardé secret par Larone et Varna pour des raisons de superstitions familiales et de méfiance à l'égard des pouvoirs des Mages-Esclaves.
Surnom : Des imbéciles le raillent en l'appelant le Petit de Varna. Peu à peu, ce surnom irrite le capa.
Âge : Trente-et-un ans.
Profession : Capa du Quartier de l'Arsenal, de l'Aiguille Sud et du port de l'Arsenal.
Statut : En libre union avec les femmes qu'il peut croiser, il n'a jamais cherché à combler un quelconque vide de sentiments.
Allégeance : Lui-même, mais aussi Varna, sa sœur, qui l'a hissé à la position de capa.
Date et lieu de naissance : En automne, dans le Chaudron.
Origine : Camorrien.
Divinité principale :  L'Innommé, le petit frère protégé par les Douze. Il se sent en adéquation avec le personnage.
Caractère : fin stratège - respectueux - superstitieux - libidineux - convivial - généreux - caractériel - efficace - hardi - rancunier - réfléchi - patient - lunatique - érudit
Traits physiques : Des cheveux longs qu'il noue parfois en catogan, le camorrien avait la peau burinée par le soleil, mais depuis qu'il est basé à Camorr, il a l'impression de devenir un peu plus pâlot chaque jour. Peut-être est-ce aussi lié à certaines craintes.

« Comment il a eu la cicatrice à son œil gauche ?
- Un abordage. Il est passé pas loin de se faire énucléé.
- Il aurait pu monter une guilde avec Marek Villo ! Le gang des "N'a-Qu'un-Œil" !
- Ok, alors, petit, la première règle du métier, c'est de fermer son clapet si c'est pour dire des trucs pareils. »



« C'est le plus jeune des capas qui se font la guerre.
- Ça n'enlève rien à sa valeur. Il a beau être jeune, il a appris à diriger des équipes quand il était sur la mer.
- Et puis il a appris des meilleurs, on pourrait dire. Je le vois bien durer longtemps dans cette foutue guerre. - C'est vrai que c'est pas parce qu'il est jeune qu'il est mauvais stratège.
- Loin de là. C'est notre veine de bosser sous ses ordres, j'te dis.  »



« C'est le premier qui s'est avancé pour faire le Serment d'Adoption, pour la Cérémonie de la Lune de l'Orphelin. M'est avis qu'il se sentait concerné plus que quiconque. »



« C'est moi où il a un problème avec la bouteille ?
- Parle moins fort, putain. C'est pas parce qu'il a l'air sous les vagues vingt heures par jour qu'il est sourd.
- Oui, mais ça fait quand même dix minutes qu'il fait du bouche à bouche à sa copine en verre.
- On parle pas de ça. Respect dû au capa. »



« Il peut pas pifrer les Okantiens.
- Je crois surtout qu'il a un problème avec tous les peuples des îles en fait. Okantiens, Syrestiens, Jérémites (ces connards), Jéréshiens, y a pas un peuple pour rattraper l'autre.
- Dans tous les cas, c'est toujours la merde sur les docks quand il s'y pointe. »



« Quand il était plus jeune, il n'arrêtait pas de donner des faux noms aux gens qui lui demandaient comment il s'appelait. Résultat, quand il était pas en odeur de sainteté avec une des bandes de gosses, les autres bandes pouvaient pas s'allier.
- C'est pas lui qui a fait chier les Demies-Couronnes pendant tout un été ?
- Ben tiens, exactement. »



« Paraît qu'il a perdu une femme.
- Ça remonte à ses années sur la Furie des mers.
- La quoi ?
- Le navire où Varna était capitaine. Il était second de Varna déjà à ce moment-là, et elle a lancé un abordage sur un navire okantien. Le problème, c'est que les gars étaient parés à cette éventualité et qu'ils les ont accueilli avec les sabres nus.
- C'est l'abordage où il a manqué de se faire arracher un œil ?
- Non, un autre. Mais celui-ci s'est soldé par la mort de la donzelle dont Larone s'était amouraché.
- Ah merde. »



« Son bureau est rempli de livres en tout genre.
- Il les achète, les lit et les entasse dans un coin de son officine. Quand tu y entres, tu sais jamais où t'asseoir.
- Et après, il s'inspire de certaines tactiques, il me semble. »



« C'est pas un mauvais bougre. Il est simplement sanguin.
- Euh, si je me souviens bien, c'est lui qui a défenestré un gars de Barsavi qui venait lui parler traité de non-agression.
- Franchement, je crois que c'était pour le spectacle. Et je suis même pas sûr que c'est vrai, ce que tu racontes.
- Tu penses que c'était pour les apparences.
- Ça m'étonnerait pas que notre boss et le Verrarien aient passé un accord pour pas trop se foutre sur la gueule.
- Si c'est ça, et que Varna l'apprend, on est mal barrés. »



« À ta place, ça me ferait chier d'être le rempart de ma sœur.
- T'es pas à ma place, et je dois beaucoup à Varna.
- Ouais, bien sûr, mais sauf respect, t'es pas son chien.
- Si tu continues à me sortir des conneries séditieuses, j'te démonte. T'es pas mon second pour m'enjoindre à trahir mon sang.
- Ok, ok, j'ai rien dit, oublie ça. »

neutre impur

« je pisse à la raie de tout ce qui n'est pas Camorrien. »

© falselight - Coatlicue, Arté, PATHOS


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:06

Lore Mariana
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : Alexander Siddig ou Raz Degan ou Christian Vit.


disciple de l'innommé


Prénom : Lore.
Patronyme : Mariana.
Surnom : On parle du baron dans l'Est, ou de Don Lore Mariana, à la manière dont sa famille garde le pouvoir et encourage les unions favorables à leur nom. On dit aussi quelques fois le baron cocu.
Âge : Cinquante et un ans.
Profession : Mercenaire de métier, il est vainqueur à la succession de son père : devenu capa, il règne sur la Colline aux Murmures, la moitié d'Eau de Rouille et la plus grande partie de Prendfeu.
Statut : Veuf d'Ellea, il passe trop de temps à la guerre pour se rompre de nouveau à l'amour.
Allégeance : Le nom de sa famille (et ça aide d'en être le dépositaire).
Date et lieu de naissance : A Camorr, dans la petite forteresse de son père au milieu de Prendfeu.
Origine : Bien qu'une partie des Mariana se soient retirés à Lashain, la lignée de Lore est camorrienne et il se fait un devoir de rappeler sur combien de générations il est possible de le prouver.
Divinité principale : Il rend hommage à l'Innommé, et peu à Azri.
Caractère : Inflexible, militaire, fier, colérique, blessé, charismatique.
Traits physiques : Solidement bâti, il revendique encore la santé d'un homme d'une trentaine d'années ; son visage, en revanche, est très marqué et l'on dirait parfois qu'il a cent ans ; il a peu de cicatrices, preuve de ses succès à la guerre.

« Aujourd'hui, on bute du débile d'Eau-de-Rouille !
- Mariana a validé ça ?
- Il dit, les bandes de Felipe, c'est bien pour échauffer ses gars avant de se battre contre des vrais ! »



« Il était à la Guerre des Mille Jours... C'était un mercenaire, d'accord, mais il s'est quand même battu pour Nicovante.
- Qui tenait la boutique, alors ?
- Oh, son père était encore vivant, et Lore avait trois, quat' frères, je sais plus, plus âgés pour reprendre le truc si le vieux crevait.
- Oh, oh. Il s'en est bien tiré, à l'ouverture du testament...
- Apparemment, c'est pas une histoire d'ainesse. A mon avis, c'est surtout que ça a dû être une question de taille de la dague. »



« Trois garçons, deux filles... si on bute un Mariana, y'en a cinq qui repoussent à la place !
- Je crois que c'est le but. »



« Oh, tu connais Aza et Lore... si ça gueule pas, ils dorment pas bien la nuit. Alors, à la fin, elle a filé les dix cons qu'il fallait au vieux baron mais ça s'est traité de verrariens pendant bien trois heures. »



« Regardez qui voilà ! Le fils préféré et très cher finankier de Lore Mariana. Qu'est-ce qui t'amène, Orfeo ?
- La redevance que vous devez à votre capa, bande de cons.
- Tu fais les basses besognes, toi, maintenant ?
- Quelqu'un doit bien s'assurer que c'est fait correctement.
- Oh, ça te met de travers, hein, que Papa ait tellement la tête dans les tripes qu'il s'occupe plus du petit business familial.
- Ta redevance vient de grimper.
- T'as aucun droit de faire ça.
- Je suis le prochain baron dans l'Est, ducon, et, à ce rythme, ça va arriver tellement vite que j'aurais envoyé dix types t'ouvrir de la gorge à la bite avant que t'aies pensé au prix de la redevance. »



« Ces décoctions à base de Mire sont en train de le rendre fou...
- Sans, il le serait déjà. Ça lui calme les nerfs. »



« Il a le soutien de plusieurs nobles, il parait. Faut dire qu'il en impose et que, quelques fois, il a plus long d'origines que certains...
- C'est pas parce qu'ils aiment le style qu'ils vont l'admettre à table. Pour ces gens-là, on est des bouffons. On les amuse.
- Peut-être. Mais, tant que Don Mariana les distrait, ils le ravitaillent en hommes.
- Alors c'est ça, les types un peu moins cons que la moyenne qui débarquent depuis un moment ?
- Y'en a même qui savent lire ! »



« Il est avec toi aussi longtemps que c'est pas trop difficile de cogner sur Felipe. Tu devrais pas sous-estimer Strozzi, Lore.
- Je devrais pas non plus sous-estimer un agentillé, je suppose. »



« Donna Ellea Mariana, c'était quelque chose, l'ami. Le grand-amour de Lore, faut croire.
- Le jour où il tuera la Foudre...
- Ou l'jour où la Foudre le tuera...
- Elle valait vraiment tout le sang versé par Prendfeu, cette nana ?
- Si tu leur demandes, ils te diront sûrement qu'elle valait tout le sang que Camorr peut verser. »



« Quand les autres capas rassemblent dix, quinze bandes, Lore a réussi à tous les réunir ou presque... On dirait...
- Quoi ?
- Une armée. »



« Non. La forteresse des Mariana est imprenable. Tout le monde sait ça. Autant attaquer la Vieille Citadelle, ou le Bief du Corbeau ! Elle peut tenir un siège d'un an. Et c'est sûrement la seule putain de bâtisse de tout Prendfeu qui ne prend pas feu. Jamais.
- Si on franchit le verre d'antan à sa base, on pourrait...
- Je vais le redire pour les cons : c'est impossible. La seule fois où la forteresse a failli tomber, c'était sur la volonté traître d'un fils du grand-père ou de l'arrière-grand-père de Lore Mariana.
- De l'intérieur ?
- Ouais. Et pour couper l'envie de ceux qui voudraient imiter leur aïeux, c'est un peu pour ça que, depuis, les Mariana pratiquent les résidences séparées sous forme d'avant-postes un peu partout autour du domaine. »

loyal mauvais

« Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. »

© falselight - Arté, Arté, Arté


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:07

Marek Villo
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : tadhg murphy ou mads mikkelsen ou travis fimmel.


disciple de l'innommé


Prénom : Marek.
Patronyme : Villo.
Surnom : Les déclinaisons se font à l'infini : Vil, Marek le Vil, Vil le Borgne... sans compter tous les jeux de mots qu'il est préférable - pour l'autre - qu'il n'entende pas au sujet de son unique oeil.
Âge : Trente-huit ans.
Profession : Capa, il a la mainmise sur la Lie et la moitié sud de la Mara Camorazza. Il est aussi capitaine de navire, qu'il envoie deux fois l'an en mer de Fer pour lui ramener du butin.
Statut : Marié à la fille du précédent capa de l'extrêmité sud-ouest de la Mara Camorazza, la belle Astrid.
Allégeance : Lui seul (peut-être, aussi, au goût de sang mélangé d'iode qui reste sur le palais longtemps après le meurtre).
Date et lieu de naissance : Sur le pont d'un bateau à un mille de Camorr. Il pourra bien dire tout ce qu'il veut : il n'est pas camorrien.
Origine : Son père était un vadran devenu pirate des Vents Fantômes et sa mère une pair de Camorr. A sang-mêlé, on ne lui retient que le pire : la légende veut que le pater Villo ait enlevé la dame et l'ait convertie à sa race jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de camorrien en elle. Depuis, la rumeur veut qu'il soit né dans les îles d'Asp. Oui... Marek s'en fout totalement.
Divinité principale : Le Treizième, bien qu'il ait, comme tous ceux qui ont longtemps connu la mer, une faiblesse éternelle pour Iono.
Caractère : Rustre, taiseux, sanguin, pieux, inépuisable.
Traits physiques : Son unique œil fait sa particularité et sa légende, alors que son corps comporte nombre de sales cicatrices, vestiges de blessures mal soignées ; il est également très tatoué et les jointures de ses mains sont constamment abîmées jusqu'au sang.

« Quand t'es né dans les îles d'Asp, t'es destiné à une vie de merde.
- Je suis né sur la troisième île d'Asp, sale connard.
- Eh, je te juge pas ! C'est pas comme si t'avais fini pêcheur, ou fourgueur de navires...
- Ou pirate. C'est dans le sang, par là-bas. C'est dans son sang, à lui aussi. Il y peut rien s'il aime piller et prendre ce qu'est pas à lui ! »



« Il est resté quatre ans, enfermé au Palais de la Patience. Pis y'a eu la Foire Changeante.
- Les Joutes ?... pas les Joutes ? les Déchéances ? nan, vraiment, les Déchéances Judiciaires ? il a survécu aux Déchéances ?
- Une raie géante, l'ami. Marek Villo a tué une putain de raie géante avec un baton !
- Personne ne tue une raie géante.
- Va dire ça à son oeil, j'te regarde. Allez, vas-y... »



« Pour devenir capa, y'a pas dix façons. Tu butes quelqu'un ou tu baises quelqu'un. Des fois, c'est du pareil au même.
- Quand même...
- Quoi ? Moi aussi, à sa place, j'aurais buté le vieux pour lui piquer sa femme. Moitié moins vieille. Une pure camorrienne. Un galion, cette fille ! »



« Marek, il t'envoie l'Empaleur comme Nicovante t'envoie son capitaine des Vestes Jaunes...
- J'sais pas toi mais, finalement, le Duc, je l'ai à la bonne... ça n'a sûrement aucun rapport avec le ratio pendaison/empalement.
- Oui mais comment il a dégoté cette nana ! Si c'en est une et pas juste ce salaud d'Azri qui s'est déguisé avec des nichons...
- Ils aiment tous les deux voir pisser le sang.
- Certes...
- Ils ont rien d'autre à foutre.
- Pas faux...
- C'est de l'amour, leur truc ! »



« Elle est comme... prisonnière ?
- Astrid ? Je sais pas trop. Quand elle sort, Marek la laisse pas filer sans trois gars à lui. Va savoir si c'est pour la protéger ou s'il veut être sûr qu'elle se tire pas...
- Faut dire qu'il est pas réputé pour la chaleur de son foyer.
- En même temps, il a tendances à se comporter comme un chien qui veille sur son os. J'aimerais pas être le type qui veut lui piquer un coffre ou un cheval... y compris si je suis ce coffre ou ce cheval.
- Donc elle est prisonnière...
- Invitée à long terme. »



« La Lie, ça a toujours été un repère à clodos. Mais Marek... c'est simple : ça s'ouvre le bide de partout depuis qu'il est aux commandes. Ce type aspire au chaos et il va foutre le feu au Vieux Port à coup de grégeois.
- On dit que c'est pour empêcher les navires de Barsavi de lui ramener de l'or et de l'argent venus de Tal Verrar, que ce connard de verrarien se sert de la quarantaine pour passer son trafic sans qu'on regarde trop...
- Tu crois vraiment que Vil' le Borgne a vu si loin que ça ?
- J'te pardonne ce jeu de mots qui va te faire décapiter parce que c'est vrai que con et hargneux comme il est, t'as raison, c'est sûrement juste la chance. »



« Marek a une confiance aveugle dans Larone et toute La Dernière Erreur dit que c'est une belle connerie... ce fils de verrarien s'est allié à Barsavi !
- Vil' et Larone sont copains, pis c'est tout. Tant qu'ils aimeront pisser sur le même pavé et décuver entr' les nichons des mêmes filles, ça ira. Puis, si vraiment ça dégénère, je veux être là pour voir Marek couper les couilles de Larone pendant qu'il braille à l'aide après sa sœur ! »



« Y'a pas à dire, y'a que dans un temple d'Iono que Varek est calme comme un chaton.
- Même sur terre, le bougre sait qu'il faut pas contrarier la mer.
- S'il croit que ça va pas contrarier le Treizième...
- Tu referas pas un marin ! Pire : un pirate ! Et puis on dit qu'il honore les deux, que son taudis est plein de petites idoles dans tous les métaux, et des précieux.
- Je peux pas croire que ce salaud de Villo soit un bigot.
- Quand on survit à tout, en faisant n'importe quoi, on doit finir par croire qu'on a des amis haut-placés, p't'et' dans le panthéon. »



« Qu'on m'amène les dix cons qui pensent pouvoir me battre ! allez ! qu'ils viennent ! j'attends ! Non, plus personne ? P'tites bites ! »



« Cestare, c'était pas l'avocat du négociant de vin alchimique ?
- Si, m'sieur. Dix mille litres dans le fond de la mer de Fer. Je sais plus pourquoi Marek a fait ça - pour rigoler, sûrement. M'enfin.
- C'est pour ça que l'autre baron fait tant la gueule. Penser que t'as fait jeter un trou du cul dans une cage de la Vieille Citadelle et le voir fumer une raie géante et devenir intouchable...
- Tel qu'on raconte Kaeso Cestare, si ça se trouve, il peut pas blairer Marek tout ça parce qu'il vient des îles d'Asp ! »

chaotique mauvais

« Les dieux nous ont offert le désir, la fureur, la cupidité et un cœur souillé
pour que nous puissions répandre la violence en leur honneur. »

© falselight - elf, fassophy, odistole.


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarFalselight • Ila justicca vei cala
Crédits : GeniusPanda
Messages : 209

Points : 84
Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres) Sam 26 Mar - 8:07

Varna
Ce personnage est libre



Avatars suggérés : Pénélope Cruz ou Sofia Vergara ou Eva Mendes.


disciple de l'innommé

Prénom : Varna.
Patronyme : Seuls elle et son frère le connaissent. Ils ont fait le choix de ne pas le divulguer, sorte de superstition familiale qui remonte déjà à deux générations. Que les Mages-Esclaves aillent se faire foutre, vous voyez.
Surnom : La Matrone, en référence à l'orphelinat qu'elle a fondé.
Âge : Quarante-et-un ans.
Profession : Capa des Docks, des Crocs de Camorr, de l'Aiguille Ouest et des Traquenards.
Statut : Elle est célibataire, Varna. Et bien malin serait celui qui pourrait dire pour quel sexe elle penche.
Allégeance : Elle-même.
Date et lieu de naissance : À la Mi-Été, dans le Chaudron.
Origine : Camorrienne.
Divinité principale : Elle est prêtresse d'Iono : son cœur balance entre le Gardien Véreux et le Seigneur des Eaux Avides.
Caractère : intrépide - ambitieuse - prudente - courageuse - sévère - sociable - charismatique - sérieuse - intransigeante - patiente - superstitieuse - solennelle
Traits physiques : Une brune camorrienne tout ce qu'il y a de plus commun sur les canaux. Une balafre lui dévore pourtant le flanc droit, souvenir d'un abordage qui aurait pu mal se passer.

« C'est une petite de chez nous, ça !
- Elle était pas née dans les Vents Fantômes ?
- C'est des racontars, ça ! Non non, la petite et son frère sont nés dans le Chaudron.
- C'est donc pour ça qu'elle cause sans accent…
- Ben oui, ducon. »



« Officiellement, elle tient quoi, déjà, comme échoppe ?
- Un commerce d'essences alchimiques. Mais il paraît que dans l'échoppe qu'elle a, quelque part dans les Docks, il y a surtout de la poudre à canon et d'autres trucs de ce style.
- Une femme comme je les aime. »



« Quand tu regardes, le tribut que nos garristas doivent lui payer, ben, il est vachement plus supportable que celui que nous faisait payer Varrech.
- En même temps, Varrech était un fils de pute. Littéralement. »



« J'me souviens, quand on était sur son navire, qu'est-ce qu'on s'en est mis plein les fouilles !
- Mais oui, mais oui, l'ancien. T'étais pas aux abordages, toi.
- J'étais son pilote, moi monsieur. Sans moi, tout le monde coulait !
- Et rappelle-moi, tu fais quoi maintenant qu'on est à terre ?
- Je m'assure que des merdeux comme toi lui cassent pas les pieds ! »



« Y a une bande qu'on voit jamais quand il faut payer le tribut.
- Hm ?
- Je dis, il y a une bande qu'on voit jamais…
- J'avais entendu. Précise ta pensée ?
- Les putes. On voit jamais les putes ici.
- Les putes ont aidé Varna a prendre le contrôle des quartiers, imbécile. Évidemment qu'elles paient pas de tribut.
- Mais… Elles… Pourquoi elles ont fait ça ?
- Le fric, ça t'inspire rien ? Il a fallu que La Foudre intervienne en mettant en relation sa sœur et Varna pour que l'alliance se scelle, cela dit.
- C'était quand ça ?
- Mh, je sais plus.
- C'était y a trois ans. Avant la guerre des Capas. Varna a su honorer la révolte des Putes, et a obtenu une alliance avec les Dockeuses. »



« Elle va prier, parfois, au Temple d'Iono.
- Mais, elle est pas censée adorer le Treizième ?
- Faut croire qu'elle adore les deux. Mais bon, en tant qu'ancienne capitaine d'un navire, elle est logiquement prêtresse du Seigneur des Eaux Avides, et femme, qui plus est. Iono a dû se rincer l'œil plus d'une fois. »



« Son QG regorge de putains de chats. J'en peux plus, ça miaule de partout, c'est insupportable. C'est encore pire quand les chattes mettent bas.
- Toi, t'as jamais mis le pied sur un bateau. »



« Elle a créé un orphelinat sur les Docks. Pour les Orphelins des marins morts en mer.
- Joli.
- Après, ça empiète sur les plates-bandes du Faiseur de Voleurs, mais il a jamais osé y mettre son grain de sel.
- Si Barsavi se retrouve porte à porte avec Varna, ça pourrait changer la donne. »



« Eh ben tu vois, je pensais pas que le commerce continuerait de bien marcher à Camorr avec le chaos qu'il y a depuis un an.
- C'est grâce à l'accord que Varna et Azaria Arando ont passé. Les marchandises -gentiment taxées- peuvent traverser Camorr de la Porte Cenza jusqu'aux Docks pour être ensuite exportées dans tout le Trône Thérin.
- Rassure-moi, lesdites marchandises passent par l'Angevin.
- Oui, elles sont pas non plus stupides au point de leur faire traverser les territoires des autres capas. Après, je suppose que Strozzi doit intercepter une partie, vu que ça transite par chez lui.
- Elles se retrouvent, parfois, au Marché Flottant, il paraît. Pour renouveler les termes de leur accord. »



« Quand je pense que la Foudre a aidé Varna à prendre le pouvoir.
- Solidarité féminine.
- Paraît aussi que la Foudre se gêne pas pour reluquer Varna quand elles se croisent. Genre, toi tu fais ça, tu perds tes dents et tes couilles.
- Ça s'appelle la solidarité féminine.
- Ça s'appelle surtout une alliance. »



« Elle a des chouettes sabres, la petite.
- Ça vient de son capitaine pirate, quand il lui a passé le flambeau.
- Paraît qu'elle est devenue pirate parce que sa famille devait amasser un max d'écus pour se débarrasser d'un contrat des Mages-Esclaves.
- Possible. »



« Varna, Larone, que ce soit clair, jamais vous ne donnerez votre nom complet à quiconque. Vous êtes les seuls à le connaître, et vaut mieux pour vous que vous restiez les seuls.
- Pourquoi, 'Pa ?
- Parce que si quelqu'un le sait, il peut lancer les Mages-Esclaves de Karthain à vos trousses.
- C'est eux qui ont détruit Therim Pel ?
- Eh oui. »



« Les gamins de son orphelinat sont bercés par les histoires de pirates et de voleurs qu'elle leur raconte. Et puis, des fois, elle leur raconte des histoires qui font peur.
- Ils se pissent dessus ?
- Je veux, mon neveu. »



« Elle a pas peur que son frère se retourne contre elle un jour ?
- Pourquoi Larone ferait ça ?
- Ben, il est quand même sous sa coupe. Et avant d'être capa, c'était son second sur la Furie des Mers. Je serai lui, que j'en aurai marre d'être dans l'ombre de ma grande sœur et que je voudrais me faire mon propre nom. Plutôt que d'être utilisé par ma sœur comme rempart contre des ennemis.
- Elle lui a filé l'Arsenal et l'Aiguille Sud, quand même, c'est pas rien.
- Ouais, mais c'était pas désintéressé. »

rebelle neutre

« Et sinon, ta mère, elle boit la tasse ? »

© falselight - Arté, Shiya, Odistole


_________________
Ne pas envoyer de message privé à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Capas (7/8 libres)

Revenir en haut Aller en bas
 
Capas (7/8 libres)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Capas (7/8 libres)
» ROOKIE + AGENT LIBRES
» confirmation de lutteurs libres
» La musique peut rendre les hommes libres {Hope}
» Recrutement des journalistes [0 postes libres]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Avant de jouer :: Camorriens à incarner-
Sauter vers: