Partagez | 
 
Natale | A pinceau maudit, langue fendue.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Dim 27 Mar - 22:42


Natale Savinio
PERSONNAGE INVENTÉ - Robbie Kay




Espérance de vie


En m'inscrivant, j'accepte de faire subir les pires tourments à mon personnage. Il a d'ailleurs beaucoup de malchance de m'avoir comme créatrice. En créant ce personnage, et en prenant en compte son existence débauchée et pourtant rangée, son métier dangereux, son âge jeune et enfin ma propension à lui pourrir la vie, j'annonce en toute objectivité qu'il a une espérance de vie qui s'élève à 40%. Mais peut-être pourra-t-il un jour améliorer sa situation ?

D'ailleurs, un jour, si son espérance de vie vient à avoisiner les 2%, je serais partante pour le tuer.


Madame ou May, c'est comme vous voulez.


Je n'ai pas grand-chose à dire sur moi même, discrète enfant du RP depuis environ onze ans, je ne suis ici que par la force de quelques penchants pour l'écriture et l'invention. Là, je suis au Canada, au Québec même. Le RP est avant tout une manière de me détendre pour moi ça fait de moi quelqu'un d'aimable. Ou presque. J'aime bien martyriser un peu mes personnages, tout autant que les rendre flamboyants dans leur détresse. Alors, va savoir si je suis quelqu'un de bien ou non. Vous avez pu m'entr’apercevoir sous la forme d'un mangemort un peu classieux, là-bas, je suis une ingénieure morose, ici, un gamin vaguement inconscient. Ici, là-bas et bien encore, j'aime mes personnages et j'aime les jouer pour vous.




Disciples de l'Innommé

Prénom : Natale
Patronyme : Savinio
Surnom : La Mangouste pour les Gens Biens.
Âge : 17 ans, jeune et presque fragile ici bas.
Profession : Pezon des Faussaires de l'Arsenal. Peintre, en fait. Sisi, j'vous jure.
Statut : Célibataire, il fréquente trop les catins du coin pour savoir que c'est que des ennuis de se faire enchaîner dans une relation.
Allégeance : Les Gens Bien, évidemment. Pour l'instant, il ne situe surtout que son Garrista et son capa Larone, qu'il a aperçu une fois ou deux.
Date et lieu de naissance : En 522, du côté de la Vieille Citadelle.
Origine : Camorien, un brin Verrarien par son grand père, il paraît.
Divinité principale : Preva, comme tout les artistes maudits de cet endroit suintant.
Caractère : Génial - Orgueilleux - Curieux - Incompris - Paranoïaque - Méticuleux - Contemplatif - Présomptueux.
Traits physiques : C'est une grande perche.


Rumeurs & murmures


« Il traîne souvent dans les bordels, il tapine, hein ?
- Nanan. C'est un artiste. Il dessine les filles, y paraît.
- Et y tapine.
- Ptête bien. »




« Ce gamin-là, il vient pas d'ici. 'fin, il vient de Camorr, mais pas d'ici. Après, on est pas regardant de trop non plus, t'sais. Y parait que y a une de ses toiles dans une des tours. Mais j'y crois pas trop. Remarque, c'est vrai que c'était beau. Les couleurs, les ombres. On aurait dit un vrai. L'garrista a bien fait de le faire sortir de la colline. Mais tu vois que dans la colline, il y est pas resté longtemps. Qu'il sait pas comment faut faire ici.  »




« Ce qui s'est passé ? On l'a enfermé dans une pièce avec des toiles dès qu'il est arrivé. Il a tout recopié, on lui donnait de l'eau de temps en temps. On a regagné notre mise avec lui. Maintenant, on le laisse sortir. Mais bordel, ce caractère de merde… Sérieux, je serais pour le renfermer.  »



«Il est pas méchant, il vient avec ses charbons et ses papiers. Il nous demande de pas trop bouger quand on attends les clients. Des fois, pendant qu'il dessine, il chiale un peu en serrant les dents. » 




« Il a de la chance d'être doué, la Mangouste. Il serait déjà mort, sinon. On aurait filé son corps aux canaux.» 




« Il le sait pas, la Mangouste, mais j'ai croisé un mec un peu comme lui. Qui lui ressemblait vraiment beaucoup du côté de la porte du Vicomte.
- Impossible, toute sa famille est morte.
- Ouais, hein ? Ouais... En plus, le mec, il portait une veste noire.
- Ahahahaha ! Ce serait con qu'un de ses frère soit encore vivant et dans l'armée de réserve !
- Ouais ! Ce serait trop con ! Ahahahahaha ! »


Social neutre
« Je ne vais pas vous demander de comprendre l'art. Passez moi juste le carmin. »

© falselight - crédit


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Dim 27 Mar - 22:43


Doigts d'or et d'argent
Une bien étrange malédiction que celle d'un don.




Compétences


- Natale sait déchiffrer les livres.

- Il sait peindre, il connait sur le bout des doigts les artistes d’hier et d'aujourd'hui. Bien que surtout ceux d'hier. Cela lui donne également des bases d'alchimie, il a appris à manier les essences et les plantes dans le but de créer les couleurs les plus resplendissantes pour ses toiles.

- Il se débrouille un peu avec des stylets ou des petits poignards. Il vise toujours les points sensibles en premier. C'est ces armes qui ont motivés son surnom : « il est hargneux avec deux petits crocs. ».

- Il a une certaine aisance dans la fuite.

- Il connait les bases des soins aux blessés, apprises par nostalgie pour sa mère ainsi qu'auprès des Courtisanes.

-Il n'a pas appris que cela auprès des courtisanes, d'ailleurs.




Une vie modestement parfaite.

Camorr est la plaie ouverte et infectée d'une ancienne cité pleine de grandeurs. Les affleurements de Verre d'Antan étaient comme d'élégants furoncles de beauté parmi le bois craquant du quartier des Temples. Ce n'était pas si visible, et pourtant, ce matériau indestructible ne cessait de renvoyer ses reflets irréels à qui savait observer. Il n'y a rien de plus drôle que de faire tomber les pezons adverses et autres enfants perdus depuis les passe-chats qui sillonnent la cité, larges arcs d'une solidité à toute épreuve. Natale regardait ces funambules batailler tandis qu'il attendait ses parents, à l'extérieur du temple de Gandolo. Du haut de ses six ans, il se murmurait tout bas qu'il avait de la chance de ne pas être de ceux qui doivent jouer les bateliers contre la ligne de Verre d'Antan qui passait au-dessus du canal.

Être orphelin, à Camorr, c'est une histoire banale. Toutes les manières de mourir y sont pratiquées, dans cette cité, des plus connes aux plus fourbes, en passant par les plus rapides. Les orphelins, c'est une matière première sympathique. Natale, il ne se pensait pas vraiment à l'abri plus qu'un autre. Ses parents étaient du genre méfiant pourtant. L'homme était marchand de composants d'alchimie, la femme était versée dans la pratique de l'herboristerie. Famille tranquille, rien à y redire. Le pain était sur la table chaque soir pour les cinq enfants qui composait la fratrie des Savinio. La Mangouste, le dessin, ça lui a pris tôt. Il devait avoir cinq ou six ans qu'il jouait déjà à mettre de la cendre partout. On lui a fourni papier et fusain assez rapidement.

À sept ans, il entra au cours de Dessin du Parc des Deux Argents, dans le groupe du matin, ceux des moins fortunés. Son maitre était Vezione Tiore, spécialiste de la dernière floraison, décelant les prémisses du talent, cacha ses œuvres à l’œil des groupes de l'après-midi. Il expliqua à Natale qu'il s'agissait d'éviter qu'il se fasse molester par les ainés, la jalousie pouvait provoquer bien des choses, surtout de la part de la caste supérieure. Il lui conseilla par ailleurs de ne jamais signer ses tableaux.

Rapidement, son maître se montra de plus en plus dur avec lui. Lui demandant de revenir en dehors des cours, l'enfant acquit des cals sur les mains à force de maniement du pinceau et d'ampoules. Le Maitre n'hésitait dorénavant plus à maltraiter les toiles qui ne lui plaisaient pas, les déchirant dès qu'il ne les trouvait pas bonnes. Lors de ses dix ans, Vezione Tiore demanda à ses parents de loger l'enfant. Ils acceptèrent avec bonheur, content de voir le talent de leur fils apprécié. Le programme était alors simple : matin, le réveil était à six heures. De sept à dix heures, lectures théoriques. Dix à onze, préparation des couleurs. Repas. Pratique jusqu'au soir. Natale était presque livré à lui même, surveillé par de simples serviteurs. Trois années durant, il ne vit que très ponctuellement sa famille, mais ses performances devenaient de plus en plus proche de la perfection voulue pour son âge. Il ne vivait plus que pour le hochement de tête appréciateur de Vezione, trop fatigué, trop passionné par son propre travail. Comme toujours, il ne signait aucune de ses œuvres.


Un jour à l'envers.

Vezione Tiore lui confia alors un travail de commande pour le temple de Preva, les horaires changèrent alors. Il avait quatre mois pour le réaliser, la journée entière était dédiée aux croquis ainsi que la préparation de couleurs. Il composa une toile de deux mètres inspirée des travaux vadrans actuels dont la sensualité n'était pas à déplorer. Au bout de trois mois, le tableau fut livré comme convenu. Le mois suivant, toujours sublimé, le jeune Natale composa deux toiles plus petites pour compléter l’œuvre. Il décida de livrer lui-même ces ajouts dans une des rares journées que son maitre lui offrait de libre. D'ordinaire, il se contentait d'aller au Parc des Deux Argents regarder de loin ce que faisaient ses camarades. Ce jour-là, il se décida à bifurquer par le quartier des temples. Entre ses mains jeunes, enveloppées comme des bambins tout juste nés, il y avait deux petites toiles. On le reçut avec des sourires et des mouvements langoureux, il tendit alors les toiles avec une grimace presque douloureuse sur le visage. Il avait du mal à réprimer son sourire glorieux. On regarda ses toiles, les prêtresses furent ravies.

"Vezione n'avait pas besoin de faire tant de zèle envers la déesse, mais elle saura l'apprécier !"

Et il fut ignoré tandis qu'elles trouvaient une place pour les accrocher. Comme un simple messager. Sous la douche froide qu'il venait de subir.

"Étrange, il a oublié de signer."

Natale, Natale. Que croyais-tu ? Il fit demi-tour, les dents serrées. Évidemment. C'était évident à présent. Il repassa chez son maitre et enfourna ses outils dans son sac avant de le mettre sur son épaule et de filer retrouver ses parents dans la bordure Sud de la vieille Citadelle. Tout le chemin, il jura contre lui-même. Ne pas signer ses toiles. Pauvre imbécile qu'il était du haut de ses 14 ans ! Rien n'est gratuit à Camorr ! La philanthropie n'existe pas ! Il était dégouté de sa propre naïveté. Il avait le gout amer de sa candeur en bouche. Il frappa avec fracas contre mur, esquintant ses phalanges. Il avait besoin de réfléchir. Il était nourri, éduqué et logé. Il était comme employé, finalement. Mais il ne savait pas pourquoi, il se sentait trahi plus que de mesure. Il devait en discuter avec ses parents. Ces derniers cinq mois, avec l’œuvre à finir, il n'avait pas eu le temps de les voir. Il devait savoir ce qu'ils pensaient de cette situation. Il suivit le chemin sans faire attention, les yeux rivés sur le sol en se mordant les joues. Lorsqu'il les releva, il n'y avait que de la cendre et du bois noirci. Ces yeux s'écarquillèrent lentement, puis il courut chez le voisin, un forgeron. À la simple vue de Natale, l'homme cessa de battre le fer. L'enfant pleurait, l'air de surprise était fixé sur son visage comme un masque blanc de théâtre. Il fallut une bonne demi-heure pour que les spasmes des larmes cessent, permettant à Natale de boire le petit verre de cognac qu'on lui tendait. Il apprit que deux mois et demi auparavant, un cambriolage dégénéra chez lui. Son père tua l'un des voleurs, mais reçut le même châtiment. La bagarre provoqua un incendie qui se propagea très -trop- vite vers les produits alchimiques. Voleurs, parents, frères et sœurs, on ne signala pas un seul survivant. On essaya de prévenir Natale -bien entendu-, mais Vezione refusa qu'on le dérange dans son travail pour Preva. Il promit de prévenir le garçon une fois celui-ci terminé, ce qu'il semblait avoir oublié.

Natale était sonné, désemparé. Il remercia son voisin et alla fouiller dans les ruines de la maison familiale. Il ne trouva rien d'intéressant, les caches qu'il connaissait avaient été fouillées. Après tout, cela faisait bientôt trois mois. Il rajusta son sac sur son épaule et marcha jusqu'aux canaux, couvert d'une suie épaisse. Il se laissa tomber là, les pieds dans le vide tandis que les derniers rayons du soleil mourraient derrière les bâtisses. Il ne sait plus combien de temps il est resté là. Jusqu'à ce qu'une veste jaune lui dise, justement, qu'il ne pouvait pas rester là. On lui demanda où étaient ses parents. Lorsqu'il répondit "décédés", son regard mort ne vit pas le sourire du garde. Peut-être aurait-il compris, alors. Peut-être qu'il ne l'aurait pas suivi avec tant d'obéissance. "Peut-être".


Venaportha et moi ? C'est compliqué.

"Vendu, revendu sur le champ. Il ne fallut pas plus de six mois à la colline des Ombres pour me recracher. Un peu comme la vieille pisse de bière qu'ils servent dans l'est, je me suis fait vomir. Dès que le Faiseur a appris pour moi. Que j'étais l'élève de Tiore. On m'a envoyé chez les Faussaires. Évidemment."

Natale promène sa tête de droite à gauche, ses doigts d'ordinaires si agiles sont alourdis par l'alcool. C'est ce soir de la semaine, celui où il boit un peu. Juste assez pour se sentir engourdi et d'humeur à causer un brin.

"Ils ont crû qu'ils me feraient peur. Ils m'ont enfermé pendant un an et demi, à peindre, à peindre. Les rares fois où je sortais, je devais me déguiser. Vezione cherchait son apprenti chéri. La guilde des peintres est toujours à ma recherche, il parait. Mais les Faussaires, si je m'enfuis, ils m'ont juré qu'ils me retrouveront et me briseront les deux mains."

Il se frotta les doigts à cette idée. Son arrivée dans la bande ne s'était pas fait sans mal, il taisait par orgueil tout les passages à tabac qu'il avait subit à travers les années. Sa grande gueule ne plaisait pas toujours, et son sens de l'art de même. Il comprit par la douleur qu'on attendait de lui des copies et non des originaux -élève de Tiore ou non-. Ici, il n'était qu'un apprenti parmi les autres.

"On s'habitue à la tiédeur moite, cette sensation d'être caché dans sa propre ombre. J'ai le droit de peindre ce que je veux en plus de mes tableaux de maitre habituels. Là-bas, dans la guilde, ils cherchent tous à capturer le faux jour. Ils discutent tous de ça. Je le sais. C'est comme une grande brocante intellectuelle sans fond et sans extase sur les teintes de blanc. Ils vont décortiquer l'art jusqu'à ne plus le trouver beau, presser le moindre rêve d'extravagance pour en extraire un suc âpre, engrais d'une constance bien triste."

Il secoua la main. Natale préférait étudier les modèles bien humains plutôt que la lumière, c'était vrai.

"Ouais, ça veut dire quelque chose, ce que je raconte. Je te jure. Putain, y a Fabio là-bas. FABIO ! J'ai vu ton travail d’hier ! Tu massacres tellement tes copies de toiles Thérines qu'on dirait une porte de chiottes repeinte à la merde !"

Fabio était un des apprentis, il était celui que Natale considérait comme son rival direct. Tout deux était équitablement très passables en terme de force physique, personne ne redoutait leurs confrontations hebdomadaires. Il faut que jeunesse se fasse. Avant de se lever pour se préparer à la joute à venir, Natale ajouta une dernière phrase à son locuteur.

"Tu vois, ma vie, c'est comme vivre entre deux mondes. C'est ça, un faux jour."


© falselight - crédit


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 519

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Dim 27 Mar - 23:01

UN PETIOT PARMI NOUS ! Mais qu'il est mignon, mignon, gouzi gouzi —LÂCHE ÇA, SALE BÊTE xD
Bienvenue donc parmi nous avec ce Natale (il a rajeuni, non ? ---->), il a l'air d'être un sacré numéro, vu comme ça, j'ai hâte de tout savoir de ce marmot ! Hésite pas si tu as des questions, mais là comme ça, t'as l'air d'avoir compris le gros :marion:

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Dim 27 Mar - 23:23

Tellement d'idées de personnages en tête et si peu de temps ! Si peu de moyens ! Si peu de... Okay, je me tais. J'me suis dit que je ferais mieux de commencer avec un personnage simple un peu victime, un peu kleenex.

Je garde l'autre pour quand j'aurais de la street credibility, y'know.

Merci d'être passée par là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar14e Déesse de Camorr • Neutre impure
Pseudo : Balladur / Doudou / Dante
Crédits : Stay dirty
Avatar : Monica Bellucci
Messages : 466

Âge : Cinquante-trois ans.
Statut : Gériatrie de la prostitution.
Divinité principale : Le Treizième dans Preva... euh, le Treizième ET Preva.
Particularités : Coureuse de jérémites, vieille comme Therim Pel et rousse.
Dédoublement de personnalité : Assad Messara, Bethe la Foudre
Points : 521

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Lun 28 Mar - 0:38

C'est un bébé. (j'ai pensé à Moucheron.) :smile: Ravi de découvrir Natale. S'il tapine, j'ai envie de dire que ça nous fera jamais qu'un premier point en commun... !

Bienvenue parmi les Gens Bien, p'tit. Bonne rédaction.

_________________

la chasse aux jérémites est ouverte
Arrête de te mentir, t'as le coeur entre les cuisses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Lun 28 Mar - 3:16

De la street cred, non mais :mddr: Ton petit me semble déjà prometteur, j'ai hâte d'en savoir plus à son sujet ! Bienvenue ici et merci de ton soutien ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCasse-gueule • Loyale impure
Pseudo : Sedna, Marion, Jean-Jacques, Femme
Crédits : Anomie & anaëlle. & Damien Saez & La Rue Kétanou
Avatar : Jessica Parker-Kennedy
Messages : 810

Âge : Trente-quatre ans
Statut : Marie-couche-toi-là; seconde de la garrista des Muguettes
Classe sociale : Gens Bien
Divinité principale : L'Innommé
Particularités : Ancienne voleuse, mère d'une enfant de 10 ans.
Dédoublement de personnalité : Sohane, Chiara Hajek, Salma Martiguos,.
Points : 452

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
38/100  (38/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Mar 29 Mar - 23:12

Desdemona l'Oblique a écrit:
(j'ai pensé à Moucheron.)
LA MEME. :jed:

Bienvenue à toi ! Et on prendra soin de toi, nous autres.

_________________
Et les belles, elles sont cruelles
bien sur qu'ils mentent comme ils respirent quand ils se jurent des avenirs car ils savent trop bien ce que l'amour ici fait à ceux là qui s'aiment. en séparant les corps elle leur donne pas la mort elle leur reprend la vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Jeu 31 Mar - 0:14

J'aime tellement ton personnage :puppy:
On croirait vraiment un personnage de Lynch!
Bienvenue parmi nous :heart:
Revenir en haut Aller en bas
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Jeu 31 Mar - 5:43

Merci beaucoup à vous quatre ! J'espère que le petit bourgeon vous plaira ! :lama:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Jeu 31 Mar - 11:15

Un petit bambin (j'exagère un peu, mais bon :arrow: ) viens voir tonton Agerzam :sourcil:

Bref, bienvenue, il m'a lair bien innocent ce petit jeune :M:

Revenir en haut Aller en bas
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Ven 1 Avr - 9:47

Ohlala mais un jeune dans Camorr je trouve que c'est une des meilleures possibilités à jouer sur ce fofo. :puppy: :puppy: Il va bien s'entendre ou pas avec mon scénario/ado reloue. :gne: :gne: Bienvenue ici et j'ai hâte de voir Monsieur en jeu. :lick: :lick:

_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Ven 1 Avr - 16:35

Alors, petit fripon :3: Ta bestiole nous plaît bien, son ascension et sa chute, et sa place désormais chez les Gens Bien assez malgré lui. Nous avons quelques petits commentaires à faire, par contre, avant toute validation.

- Nous croyons que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture est plutôt superflu, pour Natale. La peinture est déjà un art complexe et si son maître voulait l'usurper, il est peu probable qu'il lui ait donné de telles armes pour éventuellement se sortir de son état.
- Pour sa petite renommée, elle peut être là vu que c'est un génie, mais il doit plutôt se modérer un brin. Les Faussaires de trente ans de métier sont forcément meilleurs que lui, surtout qu'eux ne recherchent pas des originaux, mais bien des reproductions parfaites. Les croûtes prétentieuses de Natale doivent alors les intéresser comme du crottin de cheval et il doit être assez rabroué, quand il se laisse aller à trop de fantaisies :mg:
- Il y a beaucoup d'erreurs, dans la fiche, que l'on parle de termes de l'univers (ex : pezzons, prevda), ou d'autres mots (ex : des cales sur les mains). Une relecture est alors nécessaire, pour nous.

Ce ne sont pas des détails majeurs, comme tu peux le constater, surtout un adoucissement de la renommée de la Mangouste et de ses capacités, en plus d'une correction :a2: Une fois que ce sera fait, dis-le ici et il nous fera plaisir de relire la fiche et de la valider si elle convient enfin :hinhin:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarTagueur compulsif • Social neutre
Pseudo : Madame. ou May
Crédits : elf
Avatar : Robbie Kay
Messages : 358

Âge : 17 ans
Statut : Peintre de charmantes fausses croûtes. Pezon des Faussaires (Arsenal.)
Classe sociale : Fils de marchands modestes, orphelin par le feu et l'acier.
Divinité principale : Preva, la déesse des beaux arts.
Points : 291

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Ven 1 Avr - 19:24

Hey ! Merci de vos remarques ! Je suis contente que Natale vous plaise.

Emil di Acciari a écrit:

- Nous croyons que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture est plutôt superflu, pour Natale. La peinture est déjà un art complexe et si son maître voulait l'usurper, il est peu probable qu'il lui ait donné de telles armes pour éventuellement se sortir de son état.

Hey ! En vérité, Tiore n'est pas tant un enfoiré que l'histoire le laisse penser, si Natale avait eu l'occasion de s'expliquer avec lui, tout serait bien différent. En effet, il considère Natale comme son élève et un peintre en devenir, à ce titre, il l'éduque quand même un brin (après, le bonhomme n'est pas très paternel -doux euphémisme-). Mais pour Tiore, Natale n'a absolument pas développé son propre style et s'inspire trop des œuvres de son maitre pour livrer ses œuvres au public sans se faire huer pour son manque d'originalité ou d'initiative. La toile pour le temple de Preva sera considéré par ailleurs comme une des œuvres les plus mineures de Tiore.

De plus, cette commande sert à payer les frais engendrés par sa présence chez Tiore. En somme, Tiore ne comptait pas se servir de Natale comme nègre à jamais, mais ça, le Savionio, il ne le savait pas. :krr: Bref, par conséquent, j'ai mis qu'il savait déchiffrer les livres du fait que ses parents étaient quand même modestes marchands et qu'il avait accès à une bibliothèque chez son maitre malgré tout. J'espère que cela ira !

Emil di Acciari a écrit:

- Pour sa petite renommée, elle peut être là vu que c'est un génie, mais il doit plutôt se modérer un brin. Les Faussaires de trente ans de métier sont forcément meilleurs que lui, surtout qu'eux ne recherchent pas des originaux, mais bien des reproductions parfaites. Les croûtes prétentieuses de Natale doivent alors les intéresser comme du crottin de cheval et il doit être assez rabroué, quand il se laisse aller à trop de fantaisies :mg:

Ah mais totalement. J'ai ajouté un petit paragraphe dans la fin de mon histoire qui cause de ses bastonnades régulières lorsqu'il se prends pour un ârtiste. J'ai également gommé certaines phrase où je m'enflammais un peu trop sur son soi-disant génie. Je me suis inspirée du caractère romancé de Caravage et de celui de Michel Ange pour créer ce sale gosse. Il a pas fini de se prendre des mandales, le pauvre. Mais il se relèvera fort et grand ! (Ou pas. Déjà, on observe s'il se relève, on verra pour le reste après.)

Emil di Acciari a écrit:

- Il y a beaucoup d'erreurs, dans la fiche, que l'on parle de termes de l'univers (ex : pezzons, prevda), ou d'autres mots (ex : des cales sur les mains). Une relecture est alors nécessaire, pour nous.

Je suis passée à travers ma fiche une nouvelle fois. J'ai corrigé les termes, les "s" qui se faisaient la malle et autre incongruités. Je vais le relire une dernière fois, mais j'espère en avoir éradiqué une bonne partie !  :ines:

Merci encore ! Désolée de vous donner plus de travail !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar14e Déesse de Camorr • Neutre impure
Pseudo : Balladur / Doudou / Dante
Crédits : Stay dirty
Avatar : Monica Bellucci
Messages : 466

Âge : Cinquante-trois ans.
Statut : Gériatrie de la prostitution.
Divinité principale : Le Treizième dans Preva... euh, le Treizième ET Preva.
Particularités : Coureuse de jérémites, vieille comme Therim Pel et rousse.
Dédoublement de personnalité : Assad Messara, Bethe la Foudre
Points : 521

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: Natale | A pinceau maudit, langue fendue. Ven 1 Avr - 23:07



Bienvenue à Camorr !



On te remercie de tes corrections et je me charge illico de ta validation. C'est plus nuancé ainsi et rien n'empêche Natale de gagner avec les années, en lecture comme en talent. D'ailleurs, on ne s'oppose pas à ce qu'il ait du génie (après tout, ça arrive) mais le génie, chez les Gens Bien, c'est de survivre à la corde.  :marion:

Comme l'a dit Fred, on a aimé l'histoire, son ascension et sa descente dans la pègre. C'est joliment écrit, et j'aime tout particulièrement tous les passages qui ont vraiment trait à l'apprentissage de la peinture et à son exécution (ça m'a fait penser à Comment Blandin fut perdu de Jaworski). Bref, la bienvenue parmi nous !

☸️

Bien joué, tu es validé(e) ! Maintenant que ça, c'est fait, tu as quelques endroits encore où il va falloir passer : nous voulons bien sûr parler des registres (oh, quel bonheur !). Une fois que cela sera fait, il faudra aussi que tu ailles réclamer tes points. Il te restera enfin à poster ta fiche de liens et d'évolution par ici ! Tu peux enfin désormais jouer sur Falselight et inonder les sections de tes RPs qu'on espère nombreux et palpitants ♥️ Merci encore de nous avoir rejoint dans cette aventure, nous espérons que tu prendras un plaisir dingue avec nous !




gifs ©️ hercules ; jenxlawrence


_________________

la chasse aux jérémites est ouverte
Arrête de te mentir, t'as le coeur entre les cuisses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Natale | A pinceau maudit, langue fendue.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la langue d'enseignement,facteur de pauvreté
» La langue de la Marche
» La Langue Française et les animaux...
» La langue du Harad
» La langue des Trolls, de Welton Crowley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Avant de jouer :: Portes de Camorr :: Camorriens recensés-
Sauter vers: