Partagez | 
 
les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Dim 27 Mar - 23:26


Adriano Sandrelli
PV - MICHIEL HUISMAN




Espérance de vie


En m'inscrivant, j'accepte de faire subir les pires tourments à mon personnage. Il/elle a d'ailleurs beaucoup de chance de m'avoir comme créatrice. En créant ce personnage, et en prenant en compte son existence débauchée, son métier dangereux, son âge jeune/avancé et enfin ma propension à lui pourrir la vie, j'annonce en toute objectivité qu'il a une espérance de vie qui s'élève à 40% parce que de dos, on a pas tellement envie de l'assassiner.

D'ailleurs, un jour, si son espérance de vie vient à avoisiner les 0%, je serai partante pour le tuer (mais pas trop vite siouplait).


Dandan / Sonia

Mes chaussettes sont pourtant toujours propres et sobres à l'image d'Adriano... Enfin, je suis une vieille rpgiste de 24 ans qui écrit et fait souffrir ses personnages depuis une dizaine d'années bientôt. Moi j'aime bien les forums compliqués, les quarante mille annexes à lire, les heures à chercher des gifs qui ne me satisfont pas, les beaux gosses effrontés, Arté la folle qui me vend du rêve, Fred la sadique qui me fait toujours bondir avec ses rp et dès aujourd'hui Balladur qui rendrait presque Adriano tout dur.  :GEU: Je me sentais obligée de venir ici et de vous faire partager ma connerie, d'autant plus que je me devais de rendre hommage à la kassdédi qu'on a fait aux fesses parfaites de mon perso. Je compte sur vous pour les intégrer quelque part en event, elles ont bien travaillé. J'ai foutrement la pression comme à chaque fois que je suis sur un forum de môlade mais tout va bien, je viens juste de passer ma soirée à chercher ces foutus gifs au lieu d'écrire mes pages de mémoire à rendre pour mardi. THUG-RPGISTE-LIFE. Je vous aime déjà, encore et toujours.  :puppy:


disciplie de l'innommé


Prénom : Adriano, c'est verrarrien, c'est ensoleillé, ça fait presque douce fleur.
Patronyme : Sandrelli, c'est ainsi qu'il adore qu'on le nomme. Peut-être parce qu'il se complaît dans le mensonge ou peut-être parce qu'il aime bien rappeler à tout le monde qu'il aurait pu vivre en bon flâneur.
Surnom : Les quelques rares chanceux ont déjà eu la chance de le surnommer Andre, mais on ignore s'ils ont survécu à ce privilège.
Âge : 36 années qu'il a foulé ses terres natales avant d'accompagner Barsavi dans sa conquête de Camorr.
Profession : Les plus jaloux diront homme à tout faire de Barsavi, mais les plus honnêtes chuchoteront qu'il est mercenaire à sa botte, à son ordre et pour son propre plaisir.
Statut : Il aime accumuler les beautés entre ses paumes et faire travailler son fessier auprès des premières courbes qui seront dignes de son appétit. Il se proclame l'oiseau insaisissable.
Allégeance : Même au-delà de la mort, il se proclamerait encore loyal à Barsavi.
Date et lieu de naissance : Tal Verrar connaissait alors une orageuse nuit d'automne alors que Sandrelli brayait déjà.
Origine : Sur les côtes de la mer de Cuivre, au sein de la prestigieuse Tal Verrar dont il vante encore les mérites à ses périls.
Divinité principale : Il n'honore que l'Innommé qui lui confère son statut d'aujourd'hui. Ce n'est que le Treizième qui a toute son attention, enfin presque.
Caractère : D'une loyauté sans faille dit-on, agrémenté d'un tempérament bagarreur et terriblement vaniteux. Habile, agile et rusé, l’œil prudent et l'esprit perspicace. La langue volubile et les mots blagueurs, le corps hardi et insatiable. Inattendu, docile pour la cause, sauvage pour le reste. Indépendant mais quelque peu susceptible, ça donne des excuses pour frapper. Méthodique, malin, plein de ressources, un verrarien quoi.

Traits physiques : Le teint basané et la pilosité drue du verrarien. Le corps entraîné et le sourire en coin. Le poignet qu'on devine emprunt aux flammes mais la main toujours gantée de cuir. L'épée leste, l'arbalète facile, les armes toujours là, jamais vues.

Rumeurs & murmures


« Si tu veux t'entretenir avec lui, j'te conseille d'aller le chercher quand il mange.
- Il fait pas que profiter auprès des demoiselles, celui-là ?
- Si, mais si t'es pressé, ça lui prendra moins de temps de manger un aileron de requin.
- Pas faux... »



« Ne joue jamais avec lui, il gagne toujours, c'est le roi de la triche.
- La triche est pas punie de mort chez lui, là-bas ?
- C'est parce qu'il a perdu à la loyale au Sinspire qu'il a appris à  tricher ici, tu crois quoi ? »



« C'est quoi cette barbe ? Il veut se faire pousser la même que Morgante ?
- T'occupe pas de ça, il compense, il paraît qu'il a des fesses douces comme un bébé. 
- Ah ouais, ça fait mal à la virilité. »



« - En fait, Sandrelli c'est celui qui a l'attitude d'un capa alors que sans Barsavi, il serait rien.
- T'as tout compris.
- Il veut pas devenir capa à la place du capa quand même ?
- Non, juste un excès de zèle. »



« - Tu crois que je peux aller le voir là ?
- T'as une bonne raison ?
- Non, juste pour tester la bête.
- Tu sais que y'en a un qui a perdu un doigt pour avoir voulu lui offrir une bière de Camorr ?
- Ah...
- Et le pouce comme ça, peut même plus offrir de verre à personne c'lui-là. »



« Tu le crois, toi, quand il prétend avoir été un élève de Barsavi au Collegium Thérin ?
- Au Collegium Thérin ? À moins qu'on parle de la rhétorique de t'enfoncer une épée dans la gorge, je ne vois pas de quoi tu veux parler. Je suis certain que c'était un officiel d'un politique, là-bas.
- Et il serait parti aussi facilement ? Barsavi a des arguments convaincants, certes, mais tout de même...
- Il n'y a rien que des galions ne peuvent pas acheter. Ça et une bonne menace de mort. »



« Tu crois qu'il veut se taper l'Empaleur aussi ?
- Pardon ?
- On l'a déjà vu traîner sa carcasse près de leurs territoires. Ils font pas affaire ensemble quand même ?
- Non mais si tu continues de l'ouvrir, c'est toi qui va plus faire affaire. »



« Moi j'suis sûr que Sandrelli cache quelque chose. Je veux dire, il s'exhibe partout, il ouvre la bouche pour rien, il profite de tout ce que Camorr peut offrir et dès qu'il en a l'occasion, il montre aux autres combien il est doué. Il s'est passé quoi quand il était gosse ?
- Bah écoute, essaie d'arracher des infos aux Verrariens, personne ne sait. Je crois qu'il n'y a que lui qui est au courant de ce qu'était Adriano avant Barsavi.
- Ca sent les choses pas glorieuses ça... »



« Dès qu'il y a un Veste Jaune, il disparaît aussi vite qu'un mauvais payeur qui a une pute au cul. Un Verrarien ça n'a pas peur de la justice quand même ?
- Place défaite et Veste Jaune dans une même phrase, tu comprendras pourquoi. »



« Il a vomi toutes ses tripes pendant le voyage de Tal Verrar jusqu'à Camorr. Il a passé toutes ses journées enfermé dans sa cabine et il ne sortait le soir que pour boire un peu de vin et retourner se terrer. Il s'est entretenu quelques fois avec Barsavi mais ça n'a pas été la grande coopération. Il n'est redevenu lui-même qu'une fois débarqué, il a pas le pied marin, c'est foutrement ridicule.
- Tu tiens ça d'où ?
- C'est moi qui changeais les seaux. »



« Hé Felipe, tu veux pas que je t'accompagne voir les putes ? Elles ont beaucoup à apprendre en matière d'autorité et de dignité. Non mais allez, je plaisante pas, de Verrarien à Verrarien, faut s'entraider. Tu veux pas que j'te remplace un ou deux jours, tu prends des vacances, j'rétablis l'ordre, et on se serre la main ? Attention à la gamine là, elle pourrait t'éborgner. On a déjà un capa manchot à Eau de Rouille, manquerait plus qu'il voit plus la merde lui arriver devant les yeux. »



« Un Œil de l'Archon ? Impossible : il serait mort avant d'avoir même le loisir de penser à quitter cette vieille crapule. Crois-moi, je suis Verrarienne, et ce type n'est pas du genre à laisser partir sa garde personnelle.
- Puisque je te dis que j'ai vu son tatouage sur sa main ! La gauche ! L'oeil, la rose, tout !
- Tout ce qu'il a sur la main, c'est une putain de brûlure, cachée sous un putain de gant, causée par une putain de pute.
- J'invente pas ! »



« Je vous assure qu'elle sera prête à quitter Villo dès qu'elle en aura l'occasion.
- Venant d'une femme qui a déjà retourné sa Veste Noire pour le Treizième, je ne sais pas si je dois prendre cela pour des galions.
- Venant de l'Empaleur, je considérerais tout de même la chose, si j'étais vous.
- Ce que tu n'es pas.
- Évidemment. C'est une simple suggestion. »

loyal impur
« J'ai comme une envie de te casser la gueule. »

© falselight - crédit



_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Dim 27 Mar - 23:26


De celui qui n'a pas peur
naît la puissance




Compétences

Evidemment, Sandrelli est un as au combat à l'épée, à la dague à l'occasion, métier oblige. Mais l'arbalète demeure son arme favorite : un seul coup discret, net, d'une main ferme mais malheureusement à Camorr de jour, ça fait trop désordre. Les mains nues c'est vraiment quand il n'a pas le choix. • Il est très souvent ivre mais jamais complètement saoul, il a tellement d'entrainement à reconnaître les différents spiritueux que ça peut être considéré comme une compétence. • Il sait évidemment lire et écrire. Il parait même que Barsavi use parfois de sa plume convaincante et délicate dans le cas où les missives s'avèrent le meilleur moyen de persuasion. Mais tout ça, il se garde bien de le montrer, fronçant indubitablement les sourcils lorsque des mots se présentent sous ses yeux. • Même s'il fanfaronne 98 % du temps, il sait faire preuve d'une discrétion étonnante et même se faire oublier de temps en temps pour les 2 % restants. • Sandrelli n'a pas de compétence en alchimie, en revanche, il est capable de reconnaître la texture et l'odeur du Gèlesprit. Mauvaises expériences restées gravées en mémoire ? • Il ne parle pas mais comprend le Vadran et fait évidemment mine de ne rien biter à la conversation. • Dernier détail mais ça n'est pas une compétence : Sandrelli est très mal à l'aise face aux animaux agentillés mais comme il sait tellement bien se contenir, qui peut bien s'en rendre compte ?



Un homme sert d'abord ses intérêts

Des doigts gantés cavalèrent élégamment pour récupérer le butin. « Qu’est-ce que deux cent solaris, Gando ? La prochaine fois peut-être que Venaportha te sera favorable. » Un sourire goguenard aux lèvres, Sandrelli laissa échapper un rictus moqueur qui attira les foudres de ses voisins malchanceux. Sitôt que les pièces furent en lieu sûr, dans une poche intérieure, l’homme feignit une mine outrée. « Oh pardon, je ne devrais peut-être pas parler comme ça. Je voulais dire, la chance finit toujours par sourire aux pauvres. » On n’osa pas l’insulter de bravache, pas plus qu’on n’osait l’accuser de tricherie. Cette fois-là, Sandrelli avait remporté le carrousel du hasard et cette victoire n’était due qu’à son irrésistible talent pour ne laisser apparaître dans son regard que ce qu’il voulait bien laisser entrevoir. Cette statue de pierre était pourtant la personne la plus expressive de la tablée, celui qui avait le plus ri, celui qui s’était le plus targué de la main qu’on lui avait distribuée. Mais jamais on ne lisait en lui, toujours on se heurtait à cette maîtrise de soi parfaite et pourtant naturelle. C’était lorsqu’il semblait le plus accessible que Sandrelli était le plus inatteignable. Le coin de son œil distingua l’index et le majeur d’une même main s’entremêler au milieu de la foule, au milieu des joueurs concentrés. De l’autre coin de son œil, il aperçut le bout d’une cape virevolter alors qu’un s’en allait. Cet instant, cette microseconde durant laquelle le message fut passé, personne ne s’en rendit compte. Retrouvant sa verve agaçante et son attitude présomptueuse, Sandrelli se releva de sa chaise. « Messieurs, ce n’est pas que votre compagnie me lasse, mais une nuit de douceurs m’attend. Peut-être qu’un solari réussira à vous consoler tous. » Il remarqua les poings se serrer autour de la table tandis que le gant de cuir noir s’aventurait de nouveau au milieu de celle-ci pour y déposer l’unique pièce d’or. « Tu me le paieras, Sandrelli. » Un nouveau rire, désinvolte cette fois tandis que le Verrarien adressait son dernier sourire à l’assembée du Sinspire. « Très certainement, Gando. Mais pour gagner, faudrait-il encore qu’un jour, je sois plus saoul que toi. » Ce fut sous une nuit noire qu’Adriano rabattit une capuche de laine noir sur son visage tanné. Il devint presque une ombre durant son chemin le long des Marches Dorées, remontant inlassablement au nord pour atteindre la Grande Galerie. Au milieu de ces étals curieux et de ces marchandises particulières, il se sentait invisible. Les Verrariens ne venaient jamais la nuit que pour chiner un objet qu’ils briguaient déjà. On ne venait pas au hasard au marché nocturne et les lampes alchimiques étaient les seules lueurs au milieu de cette masse abyssale d’inconnus. On parvenait néanmoins à se frayer un chemin, parmi les autres, et Adriano prit soin de contourner tantôt une silhouette par la droite, tantôt par la gauche. Parce qu’il était suivi. Son pas était indolent, sa démarche assurée même si toute son attention était concentrée ailleurs. Ïl sentait le danger se rapprocher de lui, la menace venir envahir son espace vital. Il n’y avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’on allait le suivre, même alors qu’il se détourna brutalement du marché au détour d’une colonne de marbre. Adriano n’avait pas peur. Adriano n’avait jamais peur. Parce qu’il était le Verrarien le plus entrainé de toute l’archipel, le seul homme qu’on n'était pas en mesure de surprendre. Un écart brutal, une bifurcation soudaine alors que les silhouettes se raréfiaient et le voilà qui attendait le dos contre un mur de pierre, prêt à accueillir son assaillant. Sa main couverte vint fureter sous sa cape pour attraper la petite arbalète dissimulée. Courte, pas très pratique en cas de duel mais suffisamment légère pour lui permettre de tirer un carreau brutal entre les deux yeux de Gando, qui était évidemment trop ivre pour savoir à qui il voulait régler son compte. Il ferma les yeux, le sourire aux lèvres pour mieux écouter les pas qui se rapprochaient furtivement de lui, foulant la légère poussière laissée par les passants de la journée. La voix du croupier résonnait encore dans sa tête : Pénitence. Le roulement rapide du carrousel qui ralentissait peu à peu. Rapidement il avait trouvé un rythme à toute cette ambiance de jeu, d’abandon de soi et même lorsqu’il était parti, cette cadence ne le quittait pas. Trois. Deux. Un. Et aussi vite que les deux verres seraient apparus sur la table de jeu, Adriano dégaina son arbalète dont la pointe de la flèche vint rencontre la naissance du front d’un inconnu capuchonné. « Liandro, qu’est-ce que tu fais là ?! » fulmina le trentenaire en abaissant son arme. « Deux secondes de plus et je tuais un frère. » Ledit Liandro ricana presque inaudiblement avant d’attraper le poignet d’Adriano. « Deux secondes de plus et tu t’achevais toi-même. » Adriano découvrit enfin son visage pour laisser apparaitre une expression interrogatrice. « De quoi tu parles ? » Il décela la fierté, l’excitation mais aussi l’appréhension dans le regard de jais de son ami. « C’est pour cette nuit, Andre. Barsavi quitte Tal Verrar. Nous partons pour Camorr. »

Singua solus

Les ongles se promenèrent sur le dos de Sandrelli, marquant une pause ça et là sur les témoignages de la vie mouvementée de son porteur. Ils remontèrent le long de ses épaules avant de s’échouer dans ses cheveux mi-longs. « Tu es vraiment obligé de partir ? » lui susurra la voix pleine d’une jeune femme à l’aube de la trentaine. Sa chevelure de jais caressait la peau nue de son client à chacun de ses mouvements, savamment étudiés bien entendu. Et dès qu’elle le sentait laisser traîner son regard sur son corps voluptueux, elle prenait soin de faire balader ses jambes longues sous son nez, au courant des préférences du mercenaire. Ici, sur l’île des Traquenards, auprès des Muguettes, on connaissait tous les goûts et les disponibilités de Sandrelli. Il venait régulièrement, souvent, jamais trop souvent. Il dilapidait des sommes vertigineuses pour les plus belles femmes, sans que jamais personne de sa bande n’y trouve à redire. On ne reprochait rien au mercenaire de Barsavi même lorsqu’il y avait de quoi. Cette fréquentation assidue faisait les affaires des prostitués de Camorr mais on se gardait bien d’établir une corrélation entre le client le plus volontaire de toute l’archipel et son donneur d’ordres qui convoitait les lieux, au plus grand damne de leur capa. On n’évoquait jamais le sujet, de toute manière Sandrelli ne pipait jamais mot à ce propos et préférait se consacrer à des choses bien plus réjouissantes. Outre le fessier dont on vantait la fermeté et la douceur au sein de la communauté, on aimait à ce que le mercenaire soit capable d’oublier l’espace d’un instant sa dévotion à celui qui avait investi les lieux sitôt débarqué et qui continuait d’étendre son influence. Du moins, c’était ce qu’elle songeait car le devoir jamais ne quittait le soldat. C’était ainsi qu’il se considérait, au-delà d’un Gens Bien. « Tu souhaites vraiment que je n’ai plus le sou et que je me vois contraint de quitter Camorr ? » Elle ne répondit pas parce que sa réponse aurait été trop ambiguë, trop dangereuse. Puis Adriano ne quitterait jamais Camorr, c’était un fait. « De plus, tu n’es pas la seule femme qui requiert ma compagnie. » Il bondit hors des draps pour enfiler ses chausses de tissu épais. « C’est toi qui es venu, Sandrelli. » répliqua-t-elle, partagée entre le rire et l’indignation. « Et c’est toujours moi qui décide quand je repars. » Un sourire complice acheva tout début d’incompréhension et de chamaillerie. Il enfila une tunique de coton noir et une surchemise composée d’empiècements de cuir. « Tu vas crever de chaud, ici, Adriano. Tu as peur qu’on te plante avant la sortie ? » Une fois ses bottes enfilées, il se pencha pour un dernier baiser dans le cou de la prostituée et lui glisser un dernier mot. « En tout cas, ça ne sera pas toi. Faut jamais laisser traîner ce genre de choses. » Il laissa tomber la lame qu'il lui avait dérobé à son arrivée. Bien qu’il n’allait pas être utilisé, la paranoïa de Sandrelli n’avait pas aucune limite.
[...]
« Faut jamais laisser traîner ce genre de choses. » Du bout de la lame de sa dague, Sandrelli désigna le lacet de ficelle défait qui avait servi à faire perdre l’équilibre à Clelia. Le visage de l’adolescente rougit de fureur tandis qu’elle demeurait les fesses par terre, toisant du regard son instructeur. « Un peu de paresse du matin et tu n’auras plus aucun matin pour te lever. » Son ton avait changé : plus dur, beaucoup plus autoritaire. Aucune plaisanterie ne s’échappait, les sourires se faisaient rares. Adriano était un autre homme, il avait repris son service et ses petites affaires. Il tendit la main avec Clelia pour l’aider à se relever, une main qui fut saisie de mauvais cœur. « Tu m’as supplié de t’emmener, ce n’est pas pour que tu meurs ici. Morte, tu n’as aucune utilité. » Elle était la seule chose qu’il cachait à Barsavi, la seule raison pour laquelle ces entrainements demeuraient tus et consentis. En un an, elle avait déjà pris de la hauteur, ses cheveux avaient poussé. Elle était en train de fleurir, de devenir un pezon au milieu de requins bien plus mortels que ceux qu’on trouvait dans la mer. Elle n’avait pas le droit à l’erreur, il n’avait pas fait tout ça pour rien. « Il faut que tu te rendes compte de la chance que tu as, des risques que je prends. » Le visage de Clelia se métamorphosa, délaissant toute émotion juvénile pour de la détermination. « Je le sais, Andre. Tu seras fier de moi. » Sandrelli fronça les sourcils, réellement surpris. « Je ne suis pas ton père. Le jour où je devrais faire un choix, tu seras peut-être le sacrif… » Il n’eut pas le temps d’achever sa phrase qu’il tomba à la renverse et que Clelia s’abattit sur son torse, une lame brillante au ras du cou. Comment avait-elle fait ? « Oh, Adriano Sandrelli peut donc être surpris. » Ils éclatèrent de rire à l’unisson. Le jeu en valait la chandelle. Clelia avait du potentiel, même avec son lourd accent verrarien qui faisait se retourner tous les regards sur elle. « Que les voleurs prospèrent… » La jeune fille secoua la bourse qu’elle avait pris la poche de son instructeur et protecteur. « …Que les riches n’oublient pas. »

© falselight - crédit



_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Dim 27 Mar - 23:54

J'en ai marre de toi, tu joues tout le temps des beaux gosses.


:del:
Revenir en haut Aller en bas
avatarAvenante cuisinière • Neutre impure
Pseudo : Arté
Crédits : Odistole (avatar) / voiladavis.tumblr (gifs) / PATHOS (signature)
Avatar : Cynthia Addai-Robinson
Messages : 518

Âge : Trente ans.
Statut : Cuisinière & tenancière de la Dernière Erreur (Traquenards) ; ancienne contrarequialla ; formation de chef cuisinier de guilde.
Classe sociale : Fille du peuple, issue d'un milieu mixte.
Divinité principale : L'Innommé (et encore un peu Aza Guilla).
Particularités : Connue pour être une ancienne contrarequialla qui a eu son heure de gloire dans la Foire Changeante, elle est désormais retraitée après avoir manqué de perdre une jambe dans un combat. A banni les armes de la Dernière Erreur et use de son javelot de combat pour asseoir son règlement.
Dédoublement de personnalité : La reine des salopes d'Alcegrante (BEATRIZ)
Points : 666

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
43/100  (43/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Lun 28 Mar - 0:11

CE FESSIER :krushnic:


Et, tu veux pas v'nir à la Dernière Erreur, dis dis dis ? :miguel: Y a d'la bonne bouffe, wesh :miguel:
Bienvenue Sonia, de l'amour en pagaille et des cœurs partout, vivement qu'Andre aille secouer ses fesses MUSQUÉES partout dans Camorr :krr: :héhé:

_________________

i don't care
Oh but you do care. You care so much you feel as though you will bleed to death with the pain of it.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar14e Déesse de Camorr • Neutre impure
Pseudo : Balladur / Doudou / Dante
Crédits : Stay dirty
Avatar : Monica Bellucci
Messages : 466

Âge : Cinquante-trois ans.
Statut : Gériatrie de la prostitution.
Divinité principale : Le Treizième dans Preva... euh, le Treizième ET Preva.
Particularités : Coureuse de jérémites, vieille comme Therim Pel et rousse.
Dédoublement de personnalité : Assad Messara, Bethe la Foudre
Points : 521

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
50/100  (50/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Lun 28 Mar - 0:48

Un sale verrarien. On cherchait qui allait morfler en premier. Voilà. :3:
(bon, en fait, j'ai hâte qu'Adriano soit joué pour rencontrer Ethel. c'est mon kiff perso.)

Amuse-toi bien à remplir ta fiche comme tu as rempli ton profil, puis n'hésite pas à changer pour un avatar un peu plus... enfin, un peu moins... bref, exerce le pouvoir de Huisman.

_________________

la chasse aux jérémites est ouverte
Arrête de te mentir, t'as le coeur entre les cuisses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Lun 28 Mar - 3:06

(Mona veut voir son boule, la cochonne)

BIENVENUE DANDAN ! Encore un plaisir de te retrouver, j'espère que tu t'amuseras bien avec ce pignouf d'Andre :mg: Et merci de ton soutien au projet, fufufu ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mar 29 Mar - 8:38

Jeanne, je joue pas tous le temps des beaux gosses, je suis tout le temps un beau gosse. *PAN* :M: :M: Enfin, on va pouvoir s'aimer rpgiquement en toute liberté. :marion: :marion:
Lima, t'as vu ça fais voir un peu le tien au cas où. :M: :M: Si y'a de la bonne bouffe et à boire gratuitement (quelque chose qui a pas le goût de pisse hein), je prends femme. *PAN* :matvei: :matvei: J'en peux plus de la vie, malheureusement je dois rendre des pages de mémoire today j'ai donc pas pu faire ma validation à la Fred, mais ça ne saurait tarder. :arté: Et alors je viendrai traîner mes fesses musquées partout. :3:
Mona, j'avoue que moi aussi mais chut en fait, j'ai rien dit. :GEU: :GEU: Je sais pas comment mais j'existe un lien avec cette déesse de la décadence. *va prier les Douze pour ce blasphème* :sourcil:
Emil, tout le monde aura l'occasion de le voir, t'inquiète pas. :krushnic: :krushnic: Je suis encore toute folle de me dire que je suis enfin sur cette merveille, vous avez fait un boulot incroyable et Lloyd, mais mais mais trop de beauté par ici, je vais m'étaler sur vos fiches quand j'en aurais fini. :miguel:

_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarCasse-gueule • Loyale impure
Pseudo : Sedna, Marion, Jean-Jacques, Femme
Crédits : Anomie & anaëlle. & Damien Saez & La Rue Kétanou
Avatar : Jessica Parker-Kennedy
Messages : 810

Âge : Trente-quatre ans
Statut : Marie-couche-toi-là; seconde de la garrista des Muguettes
Classe sociale : Gens Bien
Divinité principale : L'Innommé
Particularités : Ancienne voleuse, mère d'une enfant de 10 ans.
Dédoublement de personnalité : Sohane, Chiara Hajek, Salma Martiguos,.
Points : 452

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
38/100  (38/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mar 29 Mar - 23:09

En même temps, on veut tous voir le boule de Huisman...
Bienvenue par ici, c'est cool de revoir des gens qu'on connait ♥

_________________
Et les belles, elles sont cruelles
bien sur qu'ils mentent comme ils respirent quand ils se jurent des avenirs car ils savent trop bien ce que l'amour ici fait à ceux là qui s'aiment. en séparant les corps elle leur donne pas la mort elle leur reprend la vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 22:04

Alors, mon lapin, ton appropriation de ce diable d'Andre est superbe, mais il y a quelque chose qui nous chicote, concernant les rumeurs. Nous préférerions que tu en reprennes à ta sauce, plutôt que de prendre directement celles du rôle vacant :hm: Celles qui ne sont pas abordées dans ton histoire, par exemple, si t'as pas envie de tout réécrire ! Mais donc, pour nous, ce serait clairement plus apprécié :heart: Ceci fait (oublie pas de poster ici pour nous le dire), il nous fera plaisir de te valider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 22:18

Ah d'accord, je pensais qu'il fallait que je les reprenne. :GEU: :GEU: C'est mon premier PV, fallait bien que je fasse une boulette. :hm: Je m'en occupe !

_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 22:31

C'est pas grave, c'est pour que ça que je te le dis :mg:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 22:57

Je pense que c'est bon, je me suis permis d'en garder 2-3, parce qu'elles sont importantes selon moi et que je voyais pas tellement comment les aborder autrement. :hm: J'espère que ça va le faire. :jed: :jed:

_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarGraf de rien du tout • Social moral
Pseudo : deadpool
Crédits : Lady Azraël
Avatar : Harry Lloyd
Messages : 438

Âge : Trente-trois ans
Statut : Informateur et commissionnaire du duc Nicovante
Classe sociale : Noble, baron d'un coin de cendres, graf déchu
Divinité principale : Les Eaux Fortunées
Particularités : Se retrouve régulièrement à boire la tasse dans les canaux de Camorr suite à une éjection brusque d'un passechat emprunté dans le mauvais sens
Dédoublement de personnalité : À venir (sans blague)
Points : 424

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
75/100  (75/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 23:38



Bienvenue à Camorr !




Et quelle enflure, ce Sandrelli :M: Tu nous livres une superbe interprétation que ce gros gueux de Verrarien, ça fait plaisir de le voir si bien joué et on espère que tu t'amuseras bien sur le forum. Puis, qui sait, peut-être qu'un jour, on en saura plus sur tous les mystères qui l'entourent.


Bien joué, tu es validé ! Maintenant que ça, c'est fait, tu as quelques endroits encore où il va falloir passer : nous voulons bien sûr parler des registres (oh, quel bonheur !). Une fois que cela sera fait, il faudra aussi que tu ailles réclamer tes points. Il te restera enfin à poster ta fiche de liens et d'évolution par ici ! Tu peux enfin désormais jouer sur Falselight et inonder les sections de tes RPs qu'on espère nombreux et palpitants ♥ Merci encore de nous avoir rejoint dans cette aventure, nous espérons que tu prendras un plaisir dingue avec nous !




gifs © hercules ; jenxlawrence

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarEnflure bien baisée • Loyal impur
Pseudo : Dandan
Crédits : alaska
Avatar : Michiel Huisman
Messages : 138

Âge : 36 années qu'il approche, qu'il confronte, qu'il jouit de multiples plaisirs et qu'il se targue.
Statut : Sandrelli est la main qui exécute pour une seule et même personne : le capa Barsavi. Il est un bras droit des plus investis et des plus zélés. Autant dire qu'il n'y a rien à ajouter sur son appartenance.
Classe sociale : Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il a débarqué de Tal Verrar avec un nom dont on ignore jusqu'à la légitimité. On ne sait rien de ce qu'était Adriano avant Barsavi mais son attitude laisse penser qu'il n'a jamais brigué davantage que ce qu'il a déjà.
Divinité principale : L'innommé régit ses pensées, ses actes et ses décisions et ses loyautés. Il n'y a que ses mœurs que même l'Innommé ne peut justifier.
Particularités : Hormis un fessier qui corromprait jusqu'aux âmes les plus pures, Sandrelli est reconnaissable par une main gauche gantée dont l'origine demeure férocement tue. Et hormis les pulsions contradictoires tantôt de meurtre tantôt de luxure qu'il engendre, on le reconnaît principalement à sa réputation.
Points : 331

Œuvres & actes
ESPÉRANCE DE VIE :
35/100  (35/100)
INVENTAIRE :
Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano) Mer 30 Mar - 23:43

Je vous aime, j'enverrai Sandrelli dans tous vos lits. :GEU: :GEU: Et vous m'avez grandement rassurée. :matvei: :matvei:

_________________


with sympathy

Only one way to win when you're being chased by someone bigger and tougher than you. Turn straight around, punch their teeth out, and hope the gods are fond of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano)

Revenir en haut Aller en bas
 
les douze eurent pitié de sa vue quand elle se posa sur ce boule (adriano)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand on va mal, on fume, on boit et on parle surtout entre pôtes (Sacha)
» A Quand la version 4.0
» Après l'effort le reconfort...ou pas? ( Abdel, Samia et BOhe
» The Vampire Diaries
» Fiche technique ; Muse sait aussi se battre... Quand elle veut ... [EN COURS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falselight :: Avant de jouer :: Portes de Camorr :: Camorriens recensés-
Sauter vers: